5 règles d’airain pour bien choisir sa pompe à chaleur

Partager sur

bien choisir sa pompe à chaleur

Efficace, confortable, écoresponsable, économique… les qualificatifs ne manquent pas lorsqu’il s’agit de louer les qualités d’une pompe à chaleur. Si vous êtes en train de faire construire votre maison ou que vous envisagez une rénovation énergétique de votre logement, installer un système de chauffage performant fait clairement partie de vos priorités. Se pose alors la question suivante : comment être certain de bien choisir sa pompe à chaleur ? On vous éclaire sur les points importants à prendre en considération, histoire de viser juste.

Règle numéro 1 : comprendre le fonctionnement d’une pompe à chaleur

Les pompes à chaleur sont divisées en trois grandes familles : 

  1. Les pompes aérothermiques ;
  2. Les pompes géothermiques ;
  3. Les pompes hydrothermiques.

Les technologies sont différentes, le principe reste le même. De façon très schématique, une pompe à chaleur capte les calories présentes dans l’air, le sol, ou l’eau, et les restitue sous forme de chaleur par exemple. Les PAC aérothermiques représentent l’essentiel du marché car elles sont plus simples et moins coûteuses à installer.

Nous étudierons donc spécifiquement les pompes à chaleur aérothermiques. Elles se déclinent en deux systèmes :

  1. Le système air-air ;
  2. Le système air-eau.

Les expressions composées « air-air » et « air-eau » renseignent sur la technologie utilisée par la pompe à chaleur. Le premier vocable désigne la source de captation de l’énergie. Ici, celle présente dans l’air. Le second mot indique le mode de restitution de l’énergie : soit une chaleur diffusée par de l’air chaud (air), soit une chaleur hydraulique (eau) utilisée dans un système de chauffage central à radiateur ou par plancher chauffant. Il existe des PAC air-eau basse température pour plancher chauffant, par exemple, ou haute température (de l’ordre de 65 °C) à destination des radiateurs.

Une pompe à chaleur a plusieurs vocations : chauffer votre logement, produire votre eau chaude sanitaire (ECS) ou, dans l’idéal, assumer les deux fonctions. Détail intéressant, les pompes à chaleur peuvent être réversibles et servir de climatisation en été.

Règle numéro 2 : quel est votre type d’habitation ?

Dans l’hypothèse où vous achetez un logement neuf, vous partez d’une feuille blanche. Installer une pompe à chaleur air-air ou air-eau ne pose donc aucun problème d’ordre technique.

Si vous vous lancez dans un projet de rénovation, ça reste possible, bien entendu, à condition de tenir compte des éléments suivants :

  • L’isolation de votre logement. Meilleure sera cette dernière, plus la puissance de la pompe à chaleur pourra être faible. À la clé, des économies substantielles (achat et fonctionnement) ;
  • Le type et les émetteurs de chauffage actuels de votre logement. Si vous disposez de radiateurs à eau chaude ou de planchers chauffants, une PAC air-eau sera plus adaptée car elle ne nécessitera pas leur remplacement ;
  • Si votre logement est équipé de convecteurs ou radiateurs électriques, une PAC air-air sera plus facile à installer, les unités intérieures de PAC venant remplacer les appareils de chauffage électrique.
  • Le type de besoin à couvrir : chauffage, ECS, les deux, climatisation. Les technologies, et les prix, diffèrent sensiblement.

Bon à savoir

Il est tout à fait possible, techniquement parlant, d’installer une pompe à chaleur dans un logement relevant d’une copropriété. Vérifiez cependant que le règlement de copropriété ne s’y oppose pas. Vous êtes tenu d’obtenir l’accord des copropriétaires en assemblée générale.

Idem pour les communes. Certaines zones protégées, ou réglementées,comme les monuments historiques, peuvent interdire la pose d’une pompe à chaleur. N’hésitez pas à contacter les administrations compétentes afin de dissiper vos doutes.

Règle numéro 3 : prévoir la bonne puissance

S’il est un point essentiel commandant le choix d’une pompe à chaleur, c’est de prévoir son dimensionnement exact. Trop puissante, les coûts d’achat et de fonctionnement s’envolent. Pas assez, elle ne couvre pas les besoins élémentaires et vous perdez en confort.

De multiples variables d’ajustement interviennent dans les calculs de dimensionnement : type de logement, isolation, composition du foyer, type de besoins à couvrir, climat, altitude, orientation de votre terrain, etc. Rassurez-vous, c’est le domaine d’expertise d’un professionnel aguerri. Il est tenu de réaliser une étude thermique afin de quantifier tous ces paramètres avec la précision d’un horloger suisse.

Le même professionnel vous indiquera également quel type de pompe à chaleur choisir si vous souhaitez bénéficier des nombreuses aides financières de l’État (CITE, prime CEE EDF, éco-PTZ, etc.).

Règle numéro 4 : lieu d’implantation de votre pompe à chaleur

Une pompe à chaleur est équipée d’une unité extérieure destinée à capter les calories présentes dans l’air. Son fonctionnement entraîne un léger bruit de fond qui, s’il est difficilement perceptible dans les faits, peut être totalement maîtrisé, à condition de respecter ces contraintes techniques de base :

  • Ne collez pas l’unité extérieure contre le mur de votre maison. Décollez-la de quelques dizaines de cm pour éviter la réverbération acoustique. Conseil pour le socle : une assise en gravier brise les sons, ce qui n’est pas le cas du béton ;
  • Ne l’installez pas dans une cour étroite afin d’éviter l’effet caisse de résonance ;
  • Déployez des panneaux acoustiques afin de contrôler la propagation des sons. Encore mieux, équipez votre PAC d’un caisson acoustique ;
  • Entretenez régulièrement votre pompe en dégageant tout ce qui peut l’obstruer (feuilles, brindilles, poussières, etc.) et gêner son bon fonctionnement ;
  • Reposez-vous sur le sérieux d’un fabricant investissant dans la recherche et la réduction du bruit ;
  • Choisissez un installateur compétent maîtrisant parfaitement les contraintes acoustiques ;

Certaines unités s’installent à l’intérieur de votre logement et nécessitent uniquement un trou dans votre mur pour capter l’air extérieur. La propagation du bruit à l’extérieur sera alors plus mesurée.

Règle numéro 5 : choisir une pompe à chaleur performante et certifiée

Cinq critères permettent de comparer les performances des pompes à chaleur :

  1. La puissance calorifique, traduisant la capacité de production de chaleur ;
  2. Le COP, coefficient de rendement (indicateur de moins en moins utilisé) ;
  3. Le SCOP, coefficient de performance saisonnier (plus réaliste que le COP) ;
  4. L’Etas, mesurant l’efficacité énergétique saisonnière pour les pompes air-eau ;
  5. Le niveau sonore, exprimé en décibel (db). Plus il est bas, plus la PAC est silencieuse.

Ces indicateurs, notamment l’Etas et le SCOP, sont d’autant plus importants que l’État impose une efficacité minimale à respecter pour être éligible à une aide financière.

Autre point crucial au moment de choisir votre pompe à chaleur, la fonction Inverter. Elle permet une modulation de la production de chaleur, ce qui évite un fonctionnement en continu et, par conséquent, la diffusion de chaleur même lorsque les besoins sont faibles. Moins vous sollicitez votre pompe à mauvais escient, meilleure est sa longévité.

Pour savoir quelle marque de pompe à chaleur choisir, et effectuer un comparatif objectif, privilégiez les marques certifiées. Les labels NF PAC ou HP-Keymark garantissent les informations de performance et les qualités des pompes à chaleur.

Conclusion

Vous avez déjà exploré les aides financières disponibles et vous savez désormais comment choisir une pompe à chaleur. Cette méthodologie a, certes, toute son importance dans l’étude d’installation d’une pompe à chaleur. Toutefois, sachez qu’un projet abouti passe aussi par le choix du bon professionnel. Dans les grandes lignes, il doit être qualifié RGE, visiter votre logement et étudier le dimensionnement de l’installation. Modalités de garantie, réception, mise en service et prise en main sont des prestations devant impérativement figurer dans son offre. Afin d’assurer le parfait fonctionnement de votre pompe à chaleur, nous vous recommandons vivement de souscrire un contrat de maintenance annuel.

Pompes à chaleur

Bon à savoir

Atlantic et Daikin sont partenaires de IZI by EDF.

https://www.atlantic.fr/Nos-Conseils/Aides-et-financement/La-Prime-Energie-EDF

https://www.daikin.fr/fr_fr/Actualites/Mon_Chauffage_Durable_Daikin_ODR200.html

Publié le 11 Octobre 2019

Un commentaire, une question ?

Posez votre question
confirmation

Merci pour votre contribution.

Votre commentaire sera soumis à une modération avant d’être publié.

Leave a Reply

Required fields are marked *

Décrivez-nous votre question, commentaire*

Prénom*

Email*

L'adresse mail collectée ne sera pas publiée. Vous serez notifié via cette adresse d'une réponse de nos équipes à votre commentaire. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici.