Monoxyde de carbone : comment se prémunir du danger ?

Partager sur

chaudiere-gaz-entretien

Chaque année, en France, 4000 personnes sont intoxiquées au monoxyde de carbone. La plupart de ces accidents surviennent dans l’habitat, en hiver, causés par une chaudière mal installée ou mal entretenue. Alors voici comment éviter le danger et comment réagir en cas d’intoxication au monoxyde de carbone.

Qu’est-ce que le monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone est un gaz connu aussi sous sa formule chimique : CO. Il résulte de la mauvaise combustion d’un combustible carboné (bois, charbon, gaz naturel, essence, fioul, etc.).

Il ne faut pas le confondre avec le dioxyde de carbone (CO2), responsable du réchauffement climatique mais beaucoup moins toxique.

La toxicité du monoxyde de carbone agit lorsqu’on le respire. Passant par les poumons, il se fixe en quelques minutes sur les globules rouges et les empêche de transporter l’oxygène dans l’organisme.

Ses propriétés font qu’il est indétectable par l’humain et même par les animaux. En effet, ce gaz n’est pas seulement incolore, donc invisible. Il est aussi inodore et insipide. De plus, même s’il a un effet asphyxiant, il n’est pas irritant et ne provoque donc pas de toux ni de gêne respiratoire.

Enfin, la densité du CO est proche de celle de l’air. En conséquence, il se mélange facilement dans l’air. Cela signifie qu’il se disperse rapidement en extérieur, mais aussi hélas qu’il se répand très vite dans tout espace fermé.

Quels sont les risques pour la santé ?

Vous l’avez compris, le monoxyde de carbone est particulièrement dangereux. Ce qui n’arrange rien, c’est que les premiers signes sont assez communs. Ils incluent le plus souvent tout ou partie des symptômes suivants : 

  • maux de têtes,
  • fatigue et faiblesse musculaire, le plus souvent des membres inférieurs, 
  • nausées,
  • vomissements, 
  • vertiges,
  • malaise.

Des signes neurologiques graves peuvent apparaître si la concentration en monoxyde de carbone est importante, ou en cas d’exposition prolongée : 

  • confusion,
  • agitation,
  • perte de conscience,
  • coma.

Enfin, première cause de mortalité par intoxication en France, l’intoxication au monoxyde de carbone peut être fatale en quelques minutes. Tout dépend de la concentration de CO dans l’air ambiant.

Aussi, les victimes qui survivent à ces cas graves peuvent développer ultérieurement des séquelles plus ou moins graves, allant des migraines chroniques aux troubles neurologiques invalidants.

Savoir détecter le danger et réagir

Compte tenu du danger extrême, sournois et fulgurant que représente une intoxication au monoxyde de carbone, il est vital de savoir réagir de manière rapide et pertinente. Chaque minute compte.

Prendre les moindres signes au sérieux

D’abord, il faut identifier les symptômes. Parce que les premiers signes peuvent paraître bénins, la plupart des victimes ne s’en inquiètent pas particulièrement.

Le risque est de ne pas penser à une intoxication au monoxyde de carbone mais à un simple coup de fatigue ou à un début d’état grippal. Demandez-vous donc si un appareil de chauffage, de cuisson ou autre est en marche. Si d’autres personnes sont dans la même pièce, demandez-leur si elles perçoivent les mêmes symptômes. 

Avoir immédiatement les bons gestes 

Surtout, au moindre doute, suivez immédiatement les consignes suivantes : 

  • Ouvrez toutes les portes et fenêtres de votre logement.
  • Arrêtez si possible les appareils de chauffage et de cuisson.
  • Évacuez les lieux. Si une victime a perdu connaissance, sortez-la de la pièce et vérifiez sa respiration. Réanimez-la si besoin. Sinon, placez-la en position latérale de sécurité.
  • Appelez les secours : numéro d’urgence (112), pompiers (18) ou, si une victime est en état grave, SAMU (15). Si vous êtes sourd ou malentendant, sachez que vous pouvez contacter les secours par SMS au 114.
  • Ne réintégrez pas les lieux sans l’avis favorable des services de secours ou d’un technicien professionnel. 

Suivre le traitement médical

Si les secours confirment l’intoxication au monoxyde de carbone, les personnes intoxiquées, même légèrement, seront conduites à l’hôpital. Là, elles seront mises sous oxygène.

Les victimes les plus graves, de plus, seront placées en caisson hyperbare afin d’accélérer encore le processus d’oxygénation des tissus.

Dans tous les cas, un suivi médical sera assuré afin d’évaluer les éventuelles séquelles.

Comment prévenir les risques d’intoxication au monoxyde de carbone

Parce qu’une intoxication au monoxyde de carbone représente un sérieux danger pour la santé, il faut tout faire pour éviter que ce type d’accident ne survienne. Nous allons donc voir maintenant les mesures de précautions à prendre.

Connaître les appareils et équipements à risque 

Dans de très nombreux cas, l’intoxication au monoxyde de carbone est due à une mauvaise installation, un mauvais entretien ou une utilisation inadéquate d’appareils de chauffage ou de cuisson, tels que :  

  • chaudière (gaz, fioul, bois, charbon),
  • chauffe-eau et cuisinière à gaz,
  • poêles (bois, pellets, pétrole),
  • feux de cheminée…

Notez que les appareils électriques ne présentent pas de risque direct d’intoxication au monoxyde de carbone.

D’autres appareils et équipements, normalement utilisés en extérieur, comportent un risque élevé lorsqu’ils fonctionnent en intérieur. Il faut donc absolument proscrire leur usage dans un garage, une cave, une véranda ou tout autre local fermé. Citons par exemple : 

  • moteur de voiture, moto ou autre véhicule,
  • groupe électrogène,  
  • barbecue, 
  • braséro,
  • plancha au gaz…
poele-bois-conduit-fumee

Appliquer toutes les mesures préventives

Pour prévenir les risques d’intoxication au monoxyde de carbone, le respect des normes, le bon sens et quelques gestes simples suffisent. 

Faire installer, vérifier et entretenir votre chaudière par des professionnels qualifiés

Une chaudière installée, contrôlée et entretenue dans les règles de l’art est la meilleure garantie pour éviter tout accident. Pour toute intervention, faites donc appel uniquement à des artisans et autres professionnels qualifiés, tels que ceux sélectionnés et mis à votre disposition par IZI by EDF.

En plus de la garantie contractuelle, un installateur certifié PG (professionnel du gaz) vous délivrera un certificat de conformité qui engage sa responsabilité. Ne faites ensuite aucune modification à l’installation par vous-même.

Aussi, n’oubliez pas que l’entretien annuel de votre chaudière est obligatoire. Là encore, faites appel à un professionnel. Il vous remettra une attestation prouvant que l’appareil a été vérifié et révisé.

Faire ramoner les conduits de fumées 

Un conduit d’évacuation des fumées endommagé ou bouché, même partiellement, est une autre source de danger. Faites-le donc contrôler et ramoner 1 ou 2 fois par an, et en particulier avant l’hiver.

C’est une obligation légale et votre assurance peut exiger un certificat.

Suivre les consignes d’utilisation des équipements

Tout appareil dispose de ses propres recommandations d’usage. Il faut les suivre scrupuleusement. 

On a déjà évoqué les équipements qui ne doivent pas être utilisés en intérieur. D’autres, tels que les chauffages d’appoint, ne sont conçus que pour un usage discontinu (pas plus d’une heure ou deux).

Pour votre cheminée ou votre poêle à bois, n’utilisez que du bois sec et brut, ni verni ni peint.

Nettoyez bien les brûleurs de votre cuisinière à gaz pour qu’ils ne s’encrassent pas. Vous devriez voir une flamme bien bleue sortir de chaque orifice, et le fond des casseroles ne doit pas noircir. 

Aérer et ventiler le logement

Les grilles de ventilation permettent une circulation d’air. Elles ne doivent jamais être obstruées. Pensez aussi à aérer votre logement au moins 10 minutes, deux fois par jour. 

Ces conseils sont à suivre même en hiver.

Installer un détecteur de monoxyde de carbone

En plus des détecteurs de fumée, obligatoires dans tous les logements, vous pouvez installer des détecteurs de monoxyde de carbone. Ils émettent un signal sonore dès que la concentration de CO dans l’air devient anormalement élevée.

Placez-les en priorité dans les pièces où sont les équipements à risque. En installer un de plus dans la chambre à coucher, ou à proximité, c’est une bonne idée si vous craignez de ne pas entendre l’alarme pendant votre sommeil.

Comme vous voyez, l’intoxication au monoxyde de carbone constitue un danger extrême pour la santé. Heureusement, il existe des moyens simples d’éliminer ce risque :

  • être rigoureux dans l’installation, l’entretien et l’usage des équipements à risque ;
  • faire confiance aux professionnels qualifiés.

Contrat d'entretien chaudière à gaz

Publié le 17 Novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont annotés par un *