Objets connectés à la maison : les Français de plus en plus séduits !

Partager sur

Une personne sur trois est aujourd’hui équipée d’un objet connecté à domicile. C’est en tout cas ce que révèle le Baromètre du numérique de 2020, enquête menée chaque année par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie, ou CREDOC. Les Français semblent de plus en plus conquis par les objets connectés à la maison, convaincus de la praticité des enceintes, ampoules, radiateurs, alarmes, volets et portails connectés. Débriefing sur ce nouvel engouement avec IZI by EDF !

Une personne sur trois est équipée d’un objet connecté dans son foyer

Les objets connectés rencontrent un succès croissant chaque année. En 2019, près de 16 % des Français déclaraient être équipés d’un objet connecté à leur domicile, contre 37 % l’année suivante, en 2020. Sans surprise, les personnes habitant Paris et son agglomération, les personnes les plus diplômées et cadres de profession, figurent parmi les groupes de la population les plus équipés en objets connectés.

L’enquête du CREDOC révèle par ailleurs plusieurs catégories d’objets connectés et plébiscités par les consommateurs, répondant à des besoins concrets en matière de :

  • Santé (bracelet connecté, tensiomètre, mesures de la qualité de l’air intérieur, distance parcourue, indicateurs de performances sportives…)
  • Confort (enceinte intelligente, téléviseurs, robots ou appareils électroménagers, prises connectées, volets roulants domotisés, literie connectée…)
  • Sécurité (alarme connectée, vidéosurveillance, détecteur de présence, babyphones, détecteurs de fumée et d’incendie…)
  • Économies d’énergie (thermostat, radiateurs connectés, ampoules connectées, chauffe-eau connecté…)
paramétrage température intérieure

Plus de confort intérieur, un besoin initié lors du confinement

Les chiffres nous alertent sur une hausse significative du niveau d’équipement des Français entre 2019 et 2020. La période du confinement et le repli sur la sphère domestique ont en grande partie contribué à cet engouement, sans pour autant pouvoir encore parler de maison 100 % connectée. 

Pour rester en forme depuis chez soi, mieux dormir et mieux vivre, de nombreux Français ont en effet investi dans différents objets connectés et applications mobiles… Car un objet connecté permet de se réapproprier son foyer, cet espace personnel devenu à la fois un espace de travail, de loisirs et de détente.

Objets connectés et niveau de confiance : on en parle ? 

La domotisation des logements est en marche… Mais pas à n’importe quel prix ! Au-delà de leur réelle notoriété et de leur utilité au quotidien, les objets connectés suscitent encore quelques réserves.

Les équipements jugés utiles répondent principalement à des enjeux de protection du logement ou des personnes (dispositifs de surveillance, alarmes, détecteurs en tout genre…). Les appareils électriques générant un bénéfice financier et/ou une économie d’énergie sont aussi largement plébiscités par les consommateurs, d’après le baromètre Qualitel de 2018. À juste titre, 80 % des Français équipés d’un chauffage pilotable à distance sont satisfaits du confort thermique de leur logement. 

Les nouvelles technologies plus “gadgets” n’ont en revanche pas encore réussi à convaincre une majorité de Français. Coûts du matériel, émissions d’ondes et protection des données personnelles font vraisemblablement débat.

Besoin de rénover l’électricité de votre logement ? Notre réseau de professionnels IZI by EDF s’occupe de tout : mise aux normes de votre installation électrique, câblage, remplacement de tableau…

Publié le 4 Avril 2022

Un commentaire, une question ?

Posez votre question
confirmation

Merci pour votre contribution.

Votre commentaire sera soumis à une modération avant d’être publié.

Leave a Reply

Champs requis *

Décrivez-nous votre question, commentaire*

Prénom*

Email*

L'adresse mail collectée ne sera pas publiée. Vous serez notifié via cette adresse d'une réponse de nos équipes à votre commentaire. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici.