Les voitures électriques françaises en tête des classements de ventes

Partager sur

voiture-electrique-en-charge

Les chiffres de septembre 2020 concernant les ventes de voitures électriques et hybrides sont tombés. Depuis longtemps dans la course, les constructeurs français Renault et Peugeot restent en tête des podiums.

Les ventes de véhicules électrifiés en septembre 2020

Ce jeudi 1er octobre, le cabinet AAA data a publié les chiffres des immatriculations de véhicules électriques, hybrides et hybrides rechargeables. Premier constat : les ventes repartent à la hausse.

Les chiffres des nouvelles immatriculations en septembre 2020 sont désormais connus :

  • 10 009 immatriculations de voitures électriques (contre 5 590 en août 2020) ;
  • 7 838 immatriculations de véhicules hybrides rechargeables (contre 5 263 en août 2020).

On constate ainsi que les technologies électrifiées ont atteint 10,6 % de parts du marché automobile global (168 291 immatriculations au totale). Il est vrai que le marché automobile est en baisse par rapport à l’année dernière (173 443 immatriculations). Toutefois, les véhicules électriques et hybrides semblent réussir à tirer leur épingle du jeu.

Véhicules électriques : Renault ZOE et Peugeot e-208 en tête

Quand on regarde les chiffres de plus près, on constate vite que les principaux acteurs ne sont pas des petits nouveaux. Considérons le classement des voitures 100 % électriques les plus immatriculées en septembre 2020.

La première place reste occupée par la petite Renault ZOE avec pas moins de 2 878 immatriculations. Assez loin derrière, on retrouve un deuxième constructeur français qui maintien ses positions. La Peugeot e-208 s’assoit ainsi à la deuxième place avec 1 230 immatriculations dans le mois.

La troisième place est conquise par la Tesla Model 3 (1 083 immatriculations). Un petit éclairage s’impose concernant ce résultat. En effet, Tesla livre ses véhicules par bateau en fin de trimestre. On observe donc d’importantes variations des volumes d’immatriculations d’un mois sur l’autre. Cela explique la nette augmentation des chiffres à la fin de ce troisième trimestre 2020, c’est-à-dire au mois de septembre.

Le top 3 des véhicules 100 % électriques les plus immatriculés en septembre 2020 se résume ainsi :

ModèleNombre d’immatriculations (septembre 2020)
Renault ZOE2 878
Peugeot e-2081 230
Tesla Model 31 083

Des petits nouveaux intègrent le top 10 des voitures électriques les plus immatriculées en septembre. Ainsi, la Volkswagen ID.3 débarque à la quatrième place avec 616 immatriculations. Aussi, le constructeur japonais Mazda réalise de bons résultats avec sa nouvelle Mazda MX-30. Ses 203 modèles immatriculés en septembre le propulse à la 10ème place du classement.

Du côté des voitures électriques en perte de vitesse, on trouve la Nissan Leaf et la BMW i3. Avec des baisses de résultats respectifs de 39 % et 26 %, ces modèles dégringolent à la 13ème et à la 11ème place.

Renault Captur E-Tech et Peugeot 3008 : les rois de l’hybride rechargeable

Que dire des véhicules hybrides rechargeables ou PHEV (de l’anglais « Plug-in Hybrid Electric Vehicle ») ? Là encore, les constructeurs français ont le vent en poupe. Avec l’hybride rechargeable comme pour le 100 % électrique, Renault mène la danse et Peugeot reste sur ses talons.

À la première place, on découvre donc le modèle Renault Captur E-Tech avec 895 immatriculations dans le mois. Le 3008 de Peugeot monte sur la deuxième marche grâce à ses 583 immatriculations. C’est la Volvo XC40 qui gagne la troisième place.

Dans le reste du classement, on note la présence d’un deuxième modèle du français Peugeot avec la 508 qui se classe 10ème. Saluons aussi la performance de Mercedes qui parvient à placer 3 de ses modèles dans le top 10 (Classe A, GLA et GLC Coupé).

L’hybride pur reste aux mains de Toyota

Du côté des véhicules hybrides non rechargeables, les constructeurs français sont clairement en retrait. Toyota s’impose encore comme le champion de la catégorie. En plus de la première place remportée avec la Toyota Corolla, la marque réussit à avoir trois autres modèles classés dans le top 10 (C-HR, RAV4 et Yaris).

Voici le top 3 des voitures hybrides non rechargeables immatriculées en septembre 2020 :

  • Toyota Corolla ;
  • Ford Puma ;
  • Suzuki Swift.

Pas de constructeur français sur le podium cette fois. Mais la Renault Clio E-Tech s’accroche et et parvient tout de même à atteindre plus de 1000 immatriculations (1 131 pour être exact). Elle atteint ainsi la 7ème place du classement.

Un avenir toutefois incertain

Si les résultats du mois passé sont bons, l’incertitude plane tout de même sur l’avenir. En effet, force est de constater que la hausse des ventes de véhicules électriques et hybrides est (au moins en partie) liées aux aides financières mises en place par l’État.

Le marché automobile, déjà faible auparavant, a fait face à une crise majeure avec le Coronavirus. Pour sauver le secteur, le gouvernement français a mis en place des aides pour inciter les ménages à investir dans les technologies électriques. Ainsi, le bonus écologique et la prime à la conversion ont clairement encouragé les français à délaisser les véhicules thermiques. Un véritable bol d’air pour les constructeurs de voitures 100 % électriques ou hybrides !

Toutefois, cela ne va pas durer ! Si vous souhaitez profiter des 7 000 € de bonus écologique pour acheter un véhicule électrique, vous avez jusqu’à la fin de l’année. Le ministre de l’Économie Bruno Lemaire a annoncé que les aides vont progressivement être revues à la baisse à partir du 1er janvier 2021. Ainsi, le bonus écologique passera à 6 000 € en 2021, puis 5 000 € en 2022. Même tendance du côté de la prime à la conversion qui sera divisée par deux en 2021.

Avec la baisse des aides, l’achat d’un véhicule électrique ou hybride deviendra un investissement financier plus lourd. Des acheteurs potentiels pourraient remettre en cause la rentabilité d’un véhicule électrique. Dans ces conditions, difficile de ne pas s’inquiéter des conséquences de ces nouvelles règles sur les ventes en 2021.

On constate néanmoins que les réflexes d’achat des français évoluent. La prise de conscience en faveur de l’environnement s’imprègne dans les esprits. De plus, le gouvernement français reste dans une volonté ferme de réduire les émissions carbone. On peut donc espérer que la vente de véhicules moins polluants continuera sa progression dans l’avenir.

Publié le 7 Octobre 2020

Un commentaire, une question ?

Posez votre question
confirmation

Merci pour votre contribution.

Votre commentaire sera soumis à une modération avant d’être publié.

Leave a Reply

Required fields are marked *

Décrivez-nous votre question, commentaire*

Prénom*

Email*

L'adresse mail collectée ne sera pas publiée. Vous serez notifié via cette adresse d'une réponse de nos équipes à votre commentaire. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici.