Les combles d’une maison, qu’est-ce que c’est ?

Partager sur

combles maison

On en entend souvent parler, surtout quand on évoque la rénovation thermique des logements, mais parfois il est difficile de bien comprendre ce que recouvre le terme « combles ». Voici une explication pour mieux définir cet espace de la maison.

Une petite définition des combles de la maison

Pour définir les combles, il convient d’abord de rappeler l’origine étymologique qui nous aidera à mieux comprendre l’acception actuelle. Ensuite, nous pourrons ainsi détailler le cadre physique des combles.

Définition sémantique des combles

Le mot comble vient de la locution latine « a cumble », qui signifie le dépassement d’un tout. Par exemple, lorsque l’on verse un liquide « au comble » d’un récipient, cela veut dire à son plus haut niveau. Selon le Larousse, l’adjectif comble signifie « un lieu, un local très ou trop plein ». L’étymologie nous explique ainsi pourquoi les combles de la maison, qui se trouve au sommet, en plus de la maison, ont pris ce nom.

En effet, selon le CNRTL, en architecture, les combles se trouvent au sommet de la construction. C’est un « assemblage de pièces de bois ou de fer situé au-dessus d’un édifice pour supporter la couverture ». Avec le temps et l’usage, l’expression « de fond en comble », qui voulait simplement dire « de la cave au grenier », s’est étendu dans le langage courant.

Définition physique des combles

Plus concrètement, les combles constituent l’espace compris sous le toit d’une habitation. Le volume est compris entre les deux versants du toit et le dernier plancher du logement. Ce lieu est donc composé d’une charpente qui peut être traditionnelle ou à fermettes en W (à l’américaine) en bois. Les poutres servent à tenir la stabilité de l’ensemble.

En général, les combles ne servent qu’à entreposer du rangement. De plus en plus de propriétaires décident d’aménager cet espace quand ils le peuvent, ou au moins de l’isoler. En effet, cela permet soit de créer une nouvelle pièce chez soi, soit d’éviter de fortes déperditions thermiques.

Combles aménageables et combles perdus

A présent que l’on a défini les combles, il faut se pencher sur une nuance sémantique. Il existe deux sortes de combles : ceux que l’on dit perdus et les autres, aménageables. Pour faire la différence entre combles perdus et aménageables, il suffit d’effectuer des mesures précises. Au-delà de 1,80 mètre de hauteur entre le toit et le plancher, l’espace est aménageable. Il faut également que la pente du toit soit supérieure à 30°. Sinon, on a affaire à des combles perdus.

Quand on parle de « combles » pour une maison, on fait bien souvent référence au lieu non aménagé. Et donc, potentiellement, juste à la charpente « perdue ». Par extension, les combles perdus ont ainsi pris le sens général du terme, même si nous l’avons vu dans un autre article : il est tout à fait possible d’aménager des combles perdus.

Peut-on dire que grenier et combles sont équivalents ?

Dans ce cadre, on peut se demander s’il existe une différence entre grenier et combles. En effet, le grenier n’est-il pas l’espace inoccupé situé sous le toit, tout comme les combles ? Oui et non. Le grenier est un type d’aménagement des combles, c’est davantage le concept de lieu de rangement et d’entrepôt, comme on pourrait installer une salle de bain dans les combles.

A l’inverse, les combles désignent l’espace physique et concret qui est compris entre le toit et le dernier plancher. Si dans certaines maisons, grenier et combles se confondent, en revanche, ce n’est pas vrai partout. A commencer par la définition du dictionnaire.

Petite histoire des combles

Les combles servaient à l’origine à conserver les récoltes de blé ou de céréales, dans une France majoritairement rurale et agricole. On appelait ce lieu « granaria », c’est-à-dire le grenier, l’entrepôt. Avec l’exode rural et l’urbanisation, entre le 19e et le 20e siècles, les combles ont beaucoup perdu de leur utilité.

Si de nombreux foyers ont décidé de convertir leurs combles en espace de rangement (greniers), ce n’est plus du tout la seule option. Désormais, les Français – et surtout les habitants des villes – convertissent leurs combles aménageables en espace de vie, créant ainsi une nouvelle pièce. A Paris, surtout, les propriétaires aménagent souvent des chambres de bonne ou petites mansardes pour tirer un loyer de cette surface.

Depuis quelques années, l’État français investit beaucoup d’argent pour inciter les citoyens à isoler leurs combles, mêmes s’ils sont perdus. En effet, cela permet d’éviter de grandes pertes d’énergie. Les combles sont responsables de 30% des déperditions d’un logement.

Publié le 5 novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *