Quelle est la différence entre le grenier et les combles ?

Partager sur

grenier combles toit

Si les définitions du grenier et des combles sont différentes, l’usage courant a évolué, rendant les deux mots presque synonymes. Quelle réalité se cache derrière ces noms et sous nos toits ?

Grenier ou combles : faire la distinction

Définition du grenier

Selon le Grand Robert de la langue française, le grenier est « l’étage supérieur d’une maison sous les combles, souvent non habité, servant en général à des rangements ». Cet espace tire son étymologie du latin « granaria » et désignait traditionnellement le lieu où l’on stocke le blé et les céréales (les grains). En ce sens, les greniers n’étaient pas toujours en haut de l’habitation mais parfois consistaient en de simples entrepôts agricoles.

Aujourd’hui, les particuliers n’ont plus d’utilité à aménager l’espace en-dessous du toit puisqu’ils ne stockent plus de grains ou de paille. Le grenier a donc pris le sens de débarras ou espace inhabitable situé sous le toit. Certains disposent d’une charpente complexe à fermettes, d’autres une charpente plus simple qui permet un aménagement. Les greniers servent à renforcer l’isolation thermique du logement.

Définition des combles

Pour définir les combles, l’étymologie latine nous aide également. La locution « a cumble » marque le dépassement d’un espace limité : par exemple l’eau qui déborde du verre, ou la partie de la maison située au sommet. Les combles constituent ainsi cet espace situé entre le plafond du dernier étage et le toit. Il s’agit du même espace que ce qu’on appelle le grenier.

D’ailleurs, l’expression « de fond en comble » signifie purement et simplement « de la cave au grenier ». Nous pouvons donc constater que désormais, grenier et combles sont synonymes quant à l’espace qu’ils définissent. Cependant, les combles présentent une particularité, ils évoquent un espace possiblement aménageable ou habitable (à l’inverse, on parlera de « combles perdus »). Le grenier évoque davantage un espace de rangement inhabité.

Combles perdus et grenier : synonymes ?

Au vu des définitions données, on peut en conclure que les combles perdus et le grenier représentent la même chose. En vérité, si les deux mots sont quasiment synonymes, il demeure une très légère nuance. En effet, le grenier désigne plutôt un espace conceptuel, celui où l’on range quelque chose. Les combles perdus désignent un espace physique. On peut ainsi dire que le grenier se trouve dans les combles sans faire d’erreur.

En revanche, il existe une grande différence entre les combles perdus et les combles aménageables. Comme nous allons le voir, les distinctions entre ces trois mots vont avoir un impact au niveau de vos impôts.

La différence fiscale entre grenier et combles

La véritable différence entre le grenier et les combles se situe au niveau fiscal. En effet, un grenier non aménagé ne sera pas intégré au calcul de la taxe foncière. En revanche, la présence de combles aménageables va compter. Ce raisonnement est valable également pour la taxe d’habitation : le grenier ne fait pas partie de la surface à déclarer, à l’inverse des combles aménagés.

Pensez donc au moment de déclarer vos impôts à bien calculer l’espace disponible sous votre toit. Un grenier doit faire moins de 1,80m de hauteur et la pente du toit est inférieure à 30°. Si ce n’est pas le cas, il s’agit donc de combles aménageables.

IZI vous accompagne dans vos projets

Isolation des combles perdus

Découvrir notre offre

Publié le 29 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *