Comment aménager une maison pour une personne handicapée ?

Partager sur

amenagement-maison-handicap

Les personnes à mobilité réduite ont besoin de certains aménagements pour pouvoir rester vivre à son domicile le plus longtemps possible. Voici quelques idées utiles pour aménager votre maison à vos besoins tout en conservant une bonne circulation et du confort.

Adapter sa maison au handicap

Le maintien à domicile d’une personne à mobilité réduite (PMR) est bien souvent très compliqué sans que des travaux soient menés pour adapter son logement à cette situation. Dans ce sens, il est nécessaire, avant toute chose, de comprendre que l’ensemble de votre maison devra être repensée afin de faciliter le quotidien de la PMR.

La première chose à faire est d’optimiser les espaces de votre maison en les rendant les plus spacieux possibles afin de permettre une bonne circulation de la personne à mobilité réduite, surtout si elle déplace en fauteuil roulant. Vous devez vous assurer qu’il est possible de faire demi-tour dans chaque pièce sans souci. En général, il faut compter un minimum de 75 centimètres de largeur et 1,25 mètre de longueur, en plus des portes d’une largeur minimale de 90 centimètres.

Par ailleurs, vous devez garder un œil attentif aux hauteurs des meubles et équipements afin d’assurer une autonomie complète. Ils doivent être positionnés entre 90 centimètres et 1,30 mètre du sol afin de les attraper ou utiliser facilement en laissant la place nécessaire pour circuler avec un fauteuil roulant.

Aménager chaque pièce d’une maison pour une PMR

Pour assurer un aménagement optimal dans l’ensemble de votre logement, il est nécessaire de connaître quelques conseils essentiels, pièce par pièce. Dans tous les cas, si vous souhaitez connaître tous les aménagements possibles, vous pouvez avoir recours à un professionnel choisi avec soin par IZI by EDF afin d’être accompagné dans votre projet de travaux.

L’aménagement général des pièces

De façon générale, pour assurer une bonne circulation dans toutes les pièces, il est recommandé de ne pas surcharger les espaces avec des meubles inutiles ou superflus. Les meubles bas sont ici à privilégiés avec des portes coulissantes ou escamotables. Il peut être également intéressant d’avoir recours aux équipements programmables ou commandables à distance via des télécommandes ou des applications sur smartphone, comme par exemple des volets roulants.

Bien évidemment, une maison de plain-pied reste l’idéal pour adapter plus facilement son logement au handicap, cependant si vous ne pouvez pas changer de domicile et que vous avez un étage, il existe des solutions. Vous pouvez installer soit :

  • Un monte-escaliers ou une chaise montante, où un siège est fixé à une rampe pour passer d’un étage à un autre, commandé par une télécommande ;
  • Une plateforme élévatrice, où le fauteuil est placé afin de monter ou descendre autant en extérieur qu’en intérieur.

L’aménagement d’une cuisine pour une PMR

Le premier aménagement à mettre en place est une cuisine ouverte qui sera bien plus pratique et plus sécurisante pour une personne en situation de handicap. D’autre part, un évier suspendu peut être un équipement intéressant pour un individu en fauteuil roulant. Pensez également aux portes des meubles coulissantes ou escamotables et au plan de travail réglables.

De même, n’oubliez pas une nouvelle fois, d’adapter la hauteur des appareils électroménagers (ou les boutons de ces équipements) afin qu’ils soient accessibles facilement.

L’aménagement de la salle de bains et des toilettes

Par ailleurs, plusieurs équipements peuvent simplifier le quotidien dans une salle de bains et dans des toilettes, comme par exemple :

  • L’installation d’une baignoire à porte ;
  • L’installation d’une douche à l’italienne avec son siège à fixation murale ou escamotable ;
  • L’installation de barres de soutien ;
  • L’installation d’un lavabo suspendu (entre 90 et 130cm du sol de préférence) ;
  • L’installation d’un WC surélevé ;
  • L’installation des serviettes, savons, poignées ou distributeur de papier-toilette à portée de mains.
PMR

Installation d'une douche à l'italienne

⏱️ Votre estimation en 2 minutes

Aménager l’extérieur de sa maison pour une PMR

Bien souvent, les travaux d’aménagement d’une maison pour une PMR se concentrent essentiellement sur l’intérieur du logement, mais il ne faut pas négliger l’extérieur également. En effet, les personnes à mobilité réduite doivent accéder facilement aux espaces extérieurs. Dans ce sens, les chemins, allées ou parterres doivent être aménagés avec un revêtement et une largeur permettant la bonne circulation de la PMR.

De la même façon, il est nécessaire de supprimer toutes marches ou rebords qui pourraient entraver la bonne circulation, y compris au niveau des portes, baies vitrées ou encore terrasses. Si vous ne souhaitez pas les supprimer, vous pouvez néanmoins installer des rampes d’accès. De même, essayer de prévoir un espace suffisant pour monter dans un véhicule que ce soit à l’extérieur ou dans le garage, si votre logement en est équipé.

Quelles sont les aides pour aménager sa maison pour une personne handicapée ?

Pour obtenir des aides à l’aménagement d’une maison, une personne à mobilité réduite doit avoir été reconnue en situation de handicap. Plusieurs soutiens financiers peuvent alors vous aider à réaliser des travaux parmi lesquels :

  • L’allocation aux adultes handicapés (AAH) : disponible pour les personnes dont le taux d’incapacité est d’au moins 80% ou entre 50 et 79%, concernées par des restrictions substantielles et durables d’accès à un travail du fait de leur handicap. Son montant maximal est de 900€ ;
  • Le complément de ressources : en cas de taux d’incapacité d’au moins 80% et d’une capacité de travail de moins de 5% selon un avis de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), il est cumulable avec l’AAH et son montant est de 179,31€/mois ;
  • La majoration pour la vie autonome (MVA) : dont le montant est de 104,77€ si la personne ne travaille pas et habite dans une maison individuelle indépendante ;
  • La prestation de compensation du handicap (PCH) : pour financer les besoins liés à la perte d’autonomie comme par exemple l’installation d’équipements facilitant le quotidien ;
  • Les aides fiscales : comme les crédits d’impôt ou la TVA réduite en fonction de la nature et du montant des travaux.
  • Les aides de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) : avec le programme « Habiter facile », cette aide peut représenter 50% du montant total HT des travaux (d’un montant maximal de 10000€) si vous êtes dans la catégorie « ressources très modestes », sinon elle prendra en charge 35% du montant total HT des travaux (d’un montant maximal de 7000€) si vous êtes dans la catégorie « ressources modestes ».
  • Les aides d’Action Logement : un prêt travaux de 10000€ maximum est proposé avec un faible taux d’intérêt remboursable sur une durée maximale de 10 ans, à condition d’être propriétaire occupant du logement, être salarié d’une entreprise du secteur privé non agricole de 10 salariés et plus. Ce prêt est cumulable avec l’aide gratuite de 5000€ proposée également pour l’adaptation du logement au handicap.

Si vous souhaitez connaître toutes les aides auxquelles vous êtes éligible, la solution la plus simple est de s’adresser à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) ou à votre Conseil départemental. Vous obtiendrez toutes les réponses à vos questions et vous pourrez également être accompagné dans vos démarches.

Publié le 22 Janvier 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont annotés par un *