Comment fonctionne une douche ?

Partager sur

douche-prix

On la retrouve dans la plupart des salles de bains, on l’utilise tous les jours, mais on ne sait pas grand-chose de la douche. Importance de chaque élément, informations à prendre en compte avant de l’installer et différents modèles disponibles sur le marché : IZI by EDF vous explique comment fonctionne une douche dans le moindre détail.

Le fonctionnement d’une douche

Avant d’entrer dans le détail, attardons-nous sur la définition commune de la douche. En effet, si cette installation sanitaire peut prendre différentes formes, il s’agit toujours d’un système permettant la projection d’un jet d’eau sur le corps. À la maison, l’objectif principal de la douche est hygiénique, mais elle peut également avoir une influence sur la détente ou être utilisée à des fins thérapeutiques.

Pour faire simple, la douche doit donc être raccordée à une arrivée d’eau chaude et d’eau froide et intégrer un système qui permettra la diffusion de l’eau via un pommeau ou une tête de douche. L’eau s’écoule ensuite dans le receveur aussi appelé bac de douche. Elle passe alors à travers la bonde et, grâce à un tuyau, rejoint la canalisation des eaux usées de l’habitation. De par sa nature, la douche provoque des projections d’eau que l’on peut limiter grâce à :

Une cabine de douche

Ce système clés en main permet d’installer un espace fermé dédié à la douche.

Une paroi de douche

Son positionnement judicieux permet de retenir les projections d’eau qui reviennent s’écouler dans le receveur. La paroi de douche permet d’accéder à la douche sans actionner de porte.

Les grandes salles de bains ou des parois sous forme de mur permettent également d’installer une douche sans protection contre les éclaboussures.

Débit et pression : deux critères importants

Pour que la douche puisse produire un jet d’eau agréable qui procure un rinçage efficace, elle a besoin d’une pression et d’un débit minimum. Le débit c’est le volume d’eau que votre pommeau va pouvoir expulser en un temps donné. La pression de l’eau prise en compte est celle de votre tuyauterie. Exprimée en bars, elle va permettre à votre eau de jaillir.

Si la pression de votre eau n’est pas assez élevée, alors elle s’écoulera sans force. Pour une douche qui nettoie et vivifie, une pression minimale de 3 bars est recommandée. On peut monter jusqu’à 5 bars pour les douches hydromassantes. Le débit d’eau pose rarement problème à l’installation d’une douche. On préfère même souvent le diminuer grâce à un réducteur de débit afin de limiter la consommation d’eau. Cependant, quand le calcaire s’incruste ou que la cartouche du mitigeur faiblit, le débit peut devenir insuffisant.

Pour faire le point sur votre installation et vous assurer que votre réseau d’eau est prêt à accueillir une douche, pensez à demander l’avis d’un professionnel.

Le receveur, un élément clé de la douche

Pour comprendre comment fonctionne une douche, il faut saisir l’importance du receveur dans sa conception. C’est l’élément qui récupèrera l’eau sortie de la douche. Il délimite l’espace douche, mais détermine également le style de votre douche. Céramique, acrylique, résine et même bois : il se décline en bien des matériaux. De même, il peut être rectangulaire, carré ou en forme de quart de cercle pour une installation dans un coin. Il est également possible de construire un receveur de douche de toutes pièces. On parlera alors de douche à l’italienne maçonnée : c’est le sol de la douche qui fera office de receveur. On retrouve trois types de receveurs de douche :

Le classique

Doté de bords assez hauts, il a un coût faible et ses lignes peuvent sembler démodées.

L’extra-plat

Il se pose au sol, peut même être surélevé ou encastré. Ses bords ne dépassant pas les 6 cm lui confèrent une allure moderne.

À carreler

Rehaussé ou encastré, il permet de créer une douche italienne sans passer par une conception totalement maçonnée.

Bon à savoir :

L’étanchéité, un élément clé pour le fonctionnement d’une douche. Que ce soit pour le sol, les murs ou la robinetterie, l’étanchéité d’une douche doit être    irréprochable. En confiant sa construction à un professionnel, vous serez certain que toutes les précautions ont été prises pour vous assurer une douche qui vous permettra d’éviter fuites et infiltrations.

Arrivée d’eau, mitigeur et robinetterie

Le deuxième point crucial pour savoir comment une douche fonctionne est l’arrivée d’eau. Il faut un tuyau conduisant l’eau froide et un autre l’eau chaude. Ces deux conduits mèneront au mitigeur. Ce dernier se décline en plusieurs modèles :

Le classique à deux commandes

Ici, les arrivées d’eau chaude et d’eau froide sont commandées par deux commandes distinctes.

Le mitigeur

Une poignée ou manette permet de faire osciller l’arrivée d’eau du très froid au très chaud.

Le mitigeur thermostatique

On retrouve deux commandes. L’une permet d’accéder directement à une température prédéfinie (souvent 38°). Un bouton sécurité permet d’aller au-delà. L’autre commande sert à régler la pression de la douche.

Une fois le mitigeur installé, la robinetterie est posée. Sous forme de colonne, grâce à un flexible ou avec une tuyauterie encastrée, la douche fonctionne toujours de la même manière : l’eau à la température choisie est guidée vers la tête de douche. La bonne hauteur pour une tête de douche fixe est d’environ 2 mètres. Il est également possible d’installer une tête de douche au plafond (en applique ou encastrée). Les têtes de douche mobiles ont besoin que l’on installe une barre dotée d’un récepteur qui pourra naviguer sur toute sa hauteur et dont on pourra sécuriser la position. Il faudra alors équiper le pommeau d’un flexible d’une longueur adaptée. Il est possible de combiner une tête de douche fixe avec un pommeau ou une douchette amovible à disposer sur une barre ou un récepteur à la hauteur du mitigeur.

L’évacuation de douche, une question délicate

Une fois l’eau expulsée dans le receveur, il est primordial qu’elle s’écoule rapidement. Si les risques de débordement sont limités avec les bacs classiques, les receveurs extra-plats et les douches à l’italienne sont bien plus exposés. Pour qu’une douche fonctionne correctement et n’inonde pas votre salle de bains après chaque utilisation, elle doit ainsi disposer d’une pente et d’une bonde.

La pente

Les professionnels sont habitués à cette problématique. La pente d’une douche décrit l’inclinaison entre le siphon de la douche et le tuyau d’évacuation. Pour un écoulement optimal, elle doit être de 2 cm. Le receveur doit donc également être incliné pour que l’eau arrive à la bonde le plus rapidement possible. Les modèles prêts à poser comme ceux à carreler sont conçus avec l’inclinaison nécessaire. Dans le cas d’une douche à l’italienne maçonnée avec bonde centrale, le sol sera conçu pour créer quatre pentes (conception en diamant) qui assureront un écoulement rapide vers l’évacuation. Les douches avec un revêtement en galets devront avoir une inclinaison de 3 cm.

La bonde

La taille standard d’une bonde est de 60 mm. Cependant, pour une douche encastrée ou à l’italienne, une bonde de 90 mm est préférable. Il faut en effet que votre installation assure un débit minimal de 30 litres/minute. Ce système se décline en différents modèles :

La bonde siphoïde : siphon et bonde ne font qu’un. Elle peut s’installer avec une sortie d’horizontale comme verticale.

La bonde orientable : il s’agit d’une bonde siphoïde équipée d’un mécanisme qui permet de faire pivoter l’emplacement du tuyau d’évacuation pour un raccordement sur-mesure.

Le caniveau : de forme rectangulaire, il convient parfaitement aux receveurs d’ampleur ou aux douches à l’italienne, car il offre un bon débit d’évacuation.

Une fois l’eau évacuée du receveur, elle va finir sa course dans le réseau des eaux usées. Pour cela, elle transitera par un tuyau relié à l’évacuation. Il peut mesurer 40 ou 50 mm de diamètre. La première valeur est la plus répandue. La seconde permet à nouveau d’améliorer les performances d’écoulement de l’eau. Les bondes sont très souvent compatibles avec ces deux dimensions. Elles peuvent alors être reliées à deux types de sorties :

La sortie verticale

Cette évacuation est installée dans le sol. Elle est celle à privilégier pour qu’une douche à l’italienne fonctionne de manière optimale. En effet, la bonde peut ainsi être placée dans l’axe pour une évacuation optimisée. Ce type de sortie pour l’évacuation des eaux usées est installée dans les habitations de plain-pied ou au rez-de-chaussée.

La sortie horizontale

Elle est installée dans le mur. Dans les constructions neuves, un décaissement suffisant à la pose d’un receveur à encastrer peut être réalisé. Pour pouvoir assurer la pente nécessaire à l’évacuation dans le cadre d’un projet de rénovation, il peut être nécessaire de rehausser le bac de douche.

Comprendre comment fonctionne une douche n’est pas compliqué et cela peut véritablement vous aider à faire les bons choix pour votre salle de bains. Pour une construction neuve ou un projet de rénovation, faites appel à un professionnel pour profiter de son expertise et disposer d’une douche qui fonctionne sans encombre et longtemps.

Devis installation douche

Publié le 4 Février 2021

Obtenez un devis

Recevez rapidement un devis sur-mesure

Les données sont collectées par IZI by EDF en vue de vous proposer un devis commercial gratuit. Vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique bloctel.gouv.fr. Plus d'infos : Charte de traitement des données IZI by EDF

Un commentaire, une question ?

Posez votre question
confirmation

Merci pour votre contribution.

Votre commentaire sera soumis à une modération avant d’être publié.

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Décrivez-nous votre question, commentaire*

Prénom*

Email*

L'adresse mail collectée ne sera pas publiée. Vous serez notifié via cette adresse d'une réponse de nos équipes à votre commentaire. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici.