Fenêtre cassée : quel remboursement par l’assurance habitation ?

Partager sur

fenetre-cassee

Accident, vandalisme, intempéries… les raisons pour lesquelles une fenêtre peut être cassée sont nombreuses. La plupart des contrats d’habitation incluent une garantie bris de glace, qui permet de bénéficier d’un remboursement. Le point sur les montants de prise en charge et les démarches à effectuer en cas de fenêtre cassée.

L’assurance habitation protège contre les fenêtres cassées

Les fenêtres sont des éléments de la maison particulièrement fragiles : elles peuvent être exposées aux accidents du quotidien, aux intempéries (grêle, orages…) et catastrophes naturelles, au vandalisme et aux tentatives d’effraction. Et lorsqu’une fenêtre est cassée, on s’expose souvent à des réparations coûteuses et à une certaine insécurité. Heureusement, l’assurance habitation sert justement à pallier ce type de sinistre.

En effet, la majorité des contrats multirisques habitation (MRH) comportent une garantie bris de glace. Attention cependant : cette garantie n’est pas systématiquement incluse. Si une fenêtre est cassée dans votre logement, vérifiez en premier lieu que vous bénéficiez de cette option.

Fenêtre cassée : la garantie bris de glace

La garantie bris de glace est la garantie du contrat d’habitation qui peut entrer en jeu en cas de fenêtre cassée. Cette garantie vous protège en cas de sinistre sur vos fenêtres, mais de manière plus large sur tous les éléments qui vous séparent de l’extérieur ou délimitent une ou plusieurs pièces (par exemple les portes, les baies vitrées, les vasistas, les cloisons en verre).

Si votre contrat d’assurance habitation inclut une garantie bris de glace, vous pourrez donc bénéficier d’une prise en charge. S’il s’agit d’une garantie optionnelle, cela dépendra du fait que vous l’ayez souscrite ou non.

Attention aux exclusions de garantie

Il existe toutefois quelques cas de figure – qu’on appelle des exclusions de garantie – dans lesquels la garantie bris de glace ne fonctionne pas. Lesquels ?

  • S’il est prouvé par un expert que la fenêtre a été cassée intentionnellement. Dans ce cas, la demande de réparation à l’assureur constitue une fraude ;
  • Si la fenêtre s’est cassée à cause de sa vétusté ou d’un défaut d’entretien qui vous est imputable.

A savoir également : chez la plupart des assureurs, les rayures sur les vitres des fenêtres ne sont pas considérées comme des sinistres et ne sont donc pas remboursables. De même, les sinistres qui surviennent à la suite du transport, de la pose ou de la dépose de la fenêtre ne sont pas remboursables.

Quelle prise en charge de l’assurance pour une fenêtre cassée ?

Le remboursement que vous pouvez espérer pour une fenêtre cassée dépend à la fois de votre assureur, car chaque assureur a ses propres grilles tarifaires, et de la formule que vous avez choisie. Plus vous avez opté pour un contrat protecteur, plus l’indemnisation que vous recevrez sera importante. Dans tous les cas, les assureurs fixent un plafond de remboursement maximal. Pour savoir de quel montant vous allez être indemnisé, deux possibilités :

  • Contacter directement votre assureur pour obtenir ce renseignement ;
  • Lire votre contrat, les conditions générales et la grille d’indemnisation qui vous ont été fournies avec, l’information se trouve obligatoirement dedans.

Fenêtre cassée et franchise

Tous les contrats d’assurance habitation incluent des franchises. Il s’agit d’un montant, fixé par l’assureur, qui reste toujours à la charge de l’assuré après le remboursement. Par conséquent, pour une fenêtre cassée comme pour n’importe quel autre sinistre lié à votre logement, la prise en charge dont vous pouvez bénéficier n’est jamais intégrale. Il reste toujours une part, la franchise, que vous devez régler de votre poche.

Fenêtre cassée : comment se faire rembourser par l’assurance ?

Si une ou plusieurs fenêtres sont cassées chez vous, voici la procédure à suivre pour être remboursé par votre assureur. L’important est d’être réactif : vous avez 5 jours maximum pour déclarer le sinistre à votre compagnie d’assurance habitation, par téléphone, en ligne, en point d’accueil ou par courrier, selon les modalités prévues par votre assureur.

Votre déclaration de sinistre doit contenir un ensemble d’informations, telles que :

  • Le lieu, la date et l’heure du sinistre ;
  • Les circonstances dans lesquelles la fenêtre a été cassée ;
  • Les dommages subis ;
  • Ainsi que tout autre information susceptible d’aider votre assureur à évaluer au mieux la situation. Par exemple : des photos.

Ensuite, l’assureur prend le relais. Si les dégâts sont importants, il est possible qu’il vous envoie un expert pour les évaluer sur place. Si non, vous pouvez voir avec lui pour engager les travaux de réparation de fenêtre avec un professionnel et vous recevrez un remboursement sur votre compte bancaire. Pensez toujours à conserver les devis et factures qui vont seront donnés en guise de justificatif.

Ne pas changer la fenêtre sans l’aval de l’assureur

Une fenêtre cassée est souvent problématique : elle laisse passer le froid et peut être une porte d’entrée facile pour les voleurs et les cambriolages. Pour autant, attention à ne pas la remplacer trop vite. Attendez toujours d’avoir eu l’accord de votre assureur pour la changer et faire appel à un professionnel, sans quoi on pourrait refuser de vous rembourser les frais engagés. Certaines compagnies d’assurance travaillent avec des réseaux de professionnels spécifiques et ne vous laissent pas le choix de l’artisan.

Devis d'installation de fenêtre avec IZI by EDF

Publié le 13 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *