Qu’est-ce qu’un mur plein ?

Partager sur

mur-plein

Si l’on entend souvent parler des murs porteurs, on ne sait pas toujours ce à quoi un professionnel fait référence lorsqu’il parle de « mur plein ». IZI by EDF vous explique en détail ce qu’est un mur plein, quelles sont ses spécificités et comment le reconnaître.

Les caractéristiques d’un mur plein

Si l’on devait donner une définition du mur plein, elle serait la suivante : un mur plein est une cloison composée d’un matériau unique. Il peut être utilisé en façade comme à l’intérieur. Parmi les matériaux permettant de construire un mur plein, on retrouve :

  • La pierre ;
  • Le béton ;
  • Le plâtre ;
  • Le bois et aggloméré ;
  • Le parpaing plein ;
  • La brique pleine ;
  • Le béton cellulaire.

En effet, si le mur creux, lui, est monté en assemblant deux cloisons séparées par un vide (coulisse) qui peut éventuellement accueillir un isolant, le mur plein est nu. Lorsqu’il est utilisé en façade, le mur plein est recouvert d’un enduit sur l’extérieur afin d’assurer son étanchéité. Il peut également être habillé d’un bardage en bois ou en fibro-ciment.

Selon les constructions, on retrouve des murs pleins traditionnels et des murs pleins récents (monolithiques). Un mur plein traditionnel est souvent constitué de briques ou de pierre. Généralement, son épaisseur est au minimum de 20 cm. Le mur monolithique est monté avec des blocs de plus grande ampleur à base de terre cuite allégée ou de différents types de béton. Leur épaisseur peut atteindre 40 cm.

Bon à savoir : mur plein, une autre définition

Il arrive que la définition de « mur plein » diffère. En effet, vous pourrez également rencontrer ces termes pour la désignation d’un mur sans ouverture ou fenêtre. Il peut alors aussi bien s’agir d’un mur intérieur qu’extérieur ou mitoyen.

Comment reconnaître un mur plein ?

Deux raisons sont importantes pour reconnaître un mur plein :

  • Les petits travaux : si vous envisagez l’installation d’étagères ou d’une cuisine par exemple, vous devez connaître la nature de votre mur pour décider des outils de perçage mais aussi des fixations à utiliser. Le matériau de votre mur sera également déterminant pour définir le poids des éléments qui pourront être installés.
  • L’isolation : le mur plein traditionnel présente une bonne inertie thermique. Il protège bien de la chaleur extérieure, mais réchauffer l’intérieur en cas de froid demande un certain temps. Le mur plein récent n’affiche pas le même genre de résistance aux variations de températures extérieures. L’été, le logement chauffe plus vite et, en hiver, le froid ambiant s’immisce plus facilement. Pour garder tout le confort de son habitation, il est judicieux d’isoler un mur plein de façade. Ces travaux d’isolation se feront par l’intérieur (cela empiétera un peu sur l’espace de vie) ou par l’extérieur.

Le premier réflexe, pour reconnaître un mur plein, est de frapper légèrement dessus. S’il ne sonne pas creux, c’est que votre cloison est pleine. En cas de doute, vous pouvez percer un petit trou dans un endroit dissimulé afin d’observer la poussière qui s’en dégage.

  • Poussière ocre : vous avez un mur plein en brique ;
  • Poussière blanchâtre avec grains grossiers : il s’agit certainement de béton cellulaire utilisé pour construire un mur plein. Cette poussière est également légèrement collante au toucher ;
  • Poussière grise : votre cloison est un mur plein en béton ;
  • Poussière sablonneuse : il s’agit d’un mur plein en pierre.

À noter : un mur plein n’est pas forcément un mur porteur. En effet, il est tout à fait possible d’employer des matériaux « pleins » sans qu’ils soient destinés à supporter la structure d’une construction.

Les exigences d’un mur plein en façade

Particulièrement utilisé pour réaliser les façades, le mur plein a besoin d’une attention toute particulière. Une fois son étanchéité assurée, il faudra penser à surveiller les points cités ci-dessous.

L’isolation

Le mur plein, surtout situé au nord ou au sud, peut représenter un désavantage pour conserver une chaleur agréable dans votre intérieur été comme hiver. Il est alors possible d’améliorer votre confort et votre bilan énergétique en installant une isolation intérieure ou extérieure.

La condensation

Pour éviter que des moisissures s’installent, pensez à surveiller la formation de condensation sur vos murs pleins. Elle peut vous signaler une fuite ou un défaut d’étanchéité.

Les fissures

Les variations de température, et notamment les épisodes de canicule, peuvent créer des fissures sur les murs pleins. C’est particulièrement le cas pour les habitations construites sur des sols argileux qui subissent de nombreuses déformations en fonction des précipitations. L’intervention d’un professionnel vous permettra de déterminer la gravité de la situation et les travaux à mettre en œuvre pour y remédier.

À l’intérieur ou en façade, le mur plein nécessite une approche particulière. Pour adapter vos projets aux spécificités de votre logement, n’hésitez pas à demander conseil aux chargés d’affaires IZI by EDF.

Pose de revêtement mural

Publié le 16 Novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont annotés par un *