Tout savoir sur les 3 grands types de parquet

Partager sur

parquet pose

Plébiscité depuis des siècles par les Français.es, le parquet donne un véritable cachet à une pièce et lui apporte chaleur et authenticité. Il existe trois grands types de parquets : massif, contrecollé et stratifié. En fonction de votre budget, de la pièce où vous souhaitez le poser, mais aussi de vos goûts, il est bien utile de connaître les caractéristiques de chacun d’entre eux pour vous assurer de trouver le parquet de vos rêves.

Le parquet massif

Ses caractéristiques

Le parquet massif est la version haut de gamme du parquet. Son prix, plus élevé que celui des autres types de parquets, s’explique par sa constitution à 100 % de bois massif qui lui apporte qualité et longévité. Les lames de parquet massif sont composées d’une seule essence de bois noble. Celle-ci peut toutefois varier selon la couleur et l’aspect que vous souhaitez donner à votre sol, car les lames peuvent être découpées dans un grand nombre d’essences de bois différentes : feuillus et résineux pour les parquets français, bambou et autres bois pour les parquets exotiques. Par leur origine 100 % naturelle, chaque lame de parquet massif est unique, y compris au sein d’une même essence de bois : c’est ce qui fait le charme et la singularité de ce revêtement.
Du point de vue de leur format, l’épaisseur des lames varie généralement entre 12 et 23 mm. Leur largeur, entre 4 et 10 cm, voire plus selon leur épaisseur. Et leur longueur peut atteindre les 200 cm selon l’essence de bois qui les constitue.

La pose du parquet massif

Le parquet massif peut être soit cloué sur des lambourdes, soit collé. Sa pose demande un minimum de savoir-faire.

La pose clouée

La pose clouée du parquet massif concerne surtout des lames épaisses (22-23 mm). Elle s’effectue sur des lambourdes fixées sur des solives ou sur une dalle en béton, ou bien sur des lambourdes flottantes sur une chape en ciment ou un faux plancher.
Attention toutefois, la pose clouée du parquet massif est proscrite sur sol chauffant. Dans ce cas précis, c’est la pose collée qui sera privilégiée.

La pose collée

La pose collée du parquet massif concerne des lames plus fines que pour la pose clouée, dont l’épaisseur varie entre 10 et 14 mm. Il est possible de coller un parquet massif sur plusieurs supports : le béton, mais aussi un parquet, un carrelage, etc. à condition toutefois de bien préparer le support en amont !

Choisir entre une pose clouée et une pose collée dépendra de diverses considérations : risque d’eau ou non dans la pièce, préférences en termes d’isolation, etc. L’important est de bien anticiper !

L’isolation du parquet massif

Lorsque les lames sont clouées sur des lambourdes flottantes, il est facile d’ajouter un isolant acoustique ou thermique. De même en pose collée, entre le support plancher et le parquet.
L’ajout d’isolants est aussi possible, de manière légèrement plus laborieuse, en pose clouée sur lambourdes fixées sur solives.

La finition du parquet massif

Le parquet massif peut être livré brut, c’est-à-dire sans rabotage en usine, ou préponcé. Il se prête également à de nombreuses finitions : vernis, huilé ou bien ciré, et il peut faire l’objet d’une préparation spéciale : brossé, vieilli, teinté… Bref, il y en a pour tous les goûts !

L’entretien du parquet massif

Parce qu’il est constitué à 100 % de matériau naturel et vivant, le parquet massif demande un entretien régulier qui varie selon la finition choisie. Il peut aussi facilement être rénové : son épaisseur permet notamment de le poncer à plusieurs reprises et ainsi de le garder à vie !
Toutefois, ce type de parquet nécessite de rester vigilant à son hygrométrie, qui varie en fonction du taux d’humidité ambiant et peut causer de véritables dégâts si elle n’est pas maîtrisée (décollement des lames, gonflement…).

Le parquet contrecollé

Ses caractéristiques

Les parquets contrecollés sont issus d’un usinage différent de celui des parquets massifs. Ses lames sont en effet constituées de 2 ou 3 couches de nature différente pressées entre elles : le parement, l’âme centrale et le contre-parement.

  • Le parement, ou « couche d’usure » :

Le parement, ou couche d’usure, est constitué d’une essence noble de bois (chêne, frêne, etc.) 100 % naturelle. Bien plus fine que pour le parquet massif, l’épaisseur de cette couche varie entre 2,5 mm (épaisseur minimum réglementaire) et 6 mm. Lorsque l’épaisseur est de 6 mm, on parle de parquet « semi-massif ».
Le parement est la partie superficielle, donc visible, du parquet contrecollé. Son aspect esthétique dépend de l’essence de bois choisie parmi une large gamme, notamment parmi les bois résineux. Et sa résistance sera plus ou moins forte selon l’épaisseur et l’essence du bois choisies pour cette couche.
Autre aspect à prendre en compte : la couche d’usure étant la partie « noble » du parquet contrecollé, le prix de ce dernier pourra varier suivant son épaisseur.

  • L’âme centrale :

L’âme centrale est le support intermédiaire du parquet contrecollé et permet de répartir les tensions. Il s’agit généralement d’un panneau de bois en fibres de haute ou moyenne densité.

  • Le contre-parement :

Le contre-parement est la partie inférieure d’une lame de parquet contrecollé. Constitué de bois résineux tendre, c’est lui qui apporte la stabilité à l’ensemble du revêtement.

Ces 3 couches pressées entre elles, l’épaisseur globale des lames se rapproche généralement de 15 mm, avec une largeur pouvant aller jusqu’à 30 cm. En effet, contrairement au parquet massif, les parquets contrecollés peuvent soit être monolames, c’est-à-dire constitués de lames distinctes, soit comporter 2 à 3 lamelles par lame (les « frises »).

La pose du parquet contrecollé

La pose du parquet contrecollé s’effectue dans la majeure partie des cas en pose flottante, une pose simple et accessible à tous.tes. Cette pose concerne un grand nombre de supports : chape en béton, revêtement PVC, linoéum, carrelage, ancien parquet, etc. avec une préparation plus ou moins importante selon le support.
Il est aussi possible d’utiliser la pose collée, notamment pour apporter de la stabilité au revêtement si les lames sont larges ou dans le cas d’un sol chauffant.
Enfin, la pose clouée est envisageable dans le cas des parquets contrecollés haut de gamme ou présentant une forte épaisseur de lame.

L’isolation du parquet contrecollé

Les parquets contrecollés se prêtent parfaitement à une isolation acoustique et thermique grâce à un système de sous-couches. La nature de celles-ci varie en fonction du type de pose (flottante ou collée).

La finition du parquet contrecollé

Contrairement au parquet massif, les parquets contrecollés ne sont jamais livrés bruts. Le parement des lames est toujours travaillé en usine : poncé, vernis, ciré, huilé, teinté, vieilli, blanchi, brossé… Ces finitions lui assurent longévité (résistance à l’usure et aux tâches) et déterminent son aspect esthétique.

L’entretien du parquet contrecollé

Tout comme pour le parquet massif, l’entretien des parquets contrecollés est facile et varie en fonction de la finition. Sa couche d’usure en bois noble permet également de lui redonner son éclat d’origine au fil des ans par le ponçage : c’est l’épaisseur de cette couche qui détermine le nombre de fois que vous pourrez poncer votre parquet.
À noter que les 3 couches du parquet contrecollé lui assurent une stabilité un peu plus importante que le parquet massif face aux variations hygrométriques.

Le parquet stratifié

Ses caractéristiques

À la différence des parquets massif et contrecollé, le parquet stratifié n’est pas un parquet à proprement parler selon la norme NF EN 13-756. Celle-ci définit le parquet comme un revêtement de sol en bois ou à base de bois dont l’épaisseur en bois est de 2,5 mm minimum. Composé de fibres de bois de haute et moyenne densité, surmontées d’une couche de papier décor protégé par une résine, le parquet stratifié se contente de reproduire l’esthétique du parquet, sans en être un. C’est aussi pour cela qu’il est moins coûteux et qu’il convient ainsi parfaitement aux petits budgets !
L’épaisseur du parquet stratifié varie entre 6 et 14 mm. Attention toutefois, sa composition ne lui apporte pas la même robustesse que ses cousins : il vaut donc mieux éviter les pièces à fort passage. L’absence de bois rend également impossible sa rénovation. Ces aspects font partie des différences entre le parquet stratifié et le parquet contrecollé.
En termes d’esthétique, la couche visible du parquet stratifié, le décor, imite parfaitement les différentes essences de bois et peut donc correspondre à tous les goûts. On trouve même des décors imitant la pierre, le carrelage ou encore l’ardoise.

La pose du parquet stratifié

Le parquet stratifié est très facile à installer en pose flottante, notamment grâce à un système de clipsage des lames. Il est aussi possible d’ajouter une sous-couche d’isolation phonique et thermique, et certains parquets stratifiés intègrent d’ailleurs directement cette isolation.

Devis de rénovation de parquet avec IZI by EDF

Publié le 14 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *