Adapter un logement aux besoins des seniors : les coûts des travaux

Partager sur

femme-senior-appartement-maison

Avec l’âge, il devient de plus en plus difficile de vivre sans contrainte dans son propre logement. Des actes autrefois anodins, comme monter un escalier ou prendre une douche deviennent plus compliqués. Ils sont même souvent dangereux pour les seniors et autres personnes à mobilité réduite (PMR) ou en perte d’autonomie : chaque année, en moyenne, 10 000 personnes de plus de 65 ans décèdent ainsi à la suite d’une chute.

Des solutions existent pour bien vieillir chez soi, mais elles ont un coût. De la simple pose d’une barre d’appui jusqu’à la rénovation totale de sa maison, ces tarifs sont extrêmement variables. Regardons-les de plus près.

Réaménager l’ensemble de son logement : les coûts moyens

Les experts divergent sur le coût moyen des opérations de modification, et les fourchettes de prix sont très larges. Il est effectivement difficile de fournir un prix précis, car cela ne dépendra pas seulement de l’ampleur des travaux à réaliser. Le montant à payer dépendra aussi de la configuration et du type de logement (maison individuelle, appartement, immeuble…) ainsi que de sa superficie.

Cela dit, les professionnels sont d’accord sur un point : adapter la maison d’une personne âgée peut revenir très cher. De quelques centaines d’euros pour des équipements simplistes, la facture peut parfois dépasser le seuil des 20 000 euros pour les adaptations complètes les plus onéreuses.

Pour préciser un peu cette fourchette, l’agence nationale de l’habitat (ANAH) estime que les travaux nécessaires pour une maison ou un appartement de 75 m² coûteraient entre 6 000 et 9 400 € HT.

Les coûts par type de travaux

Précisons également que les travaux pour personnes âgées (que nous détaillons dans notre article consacré) peuvent se concentrer dans certaines pièces de la maison. La salle de bains est de loin la plus présente : 95% des opérations réalisées concernent les salles d’eau. Mais d’autres peuvent également coûter très cher. Toujours selon l’ANAH, le coût moyen d’adaptation d’une chambre est compris entre 1 900 € et 3 700 €.

Les travaux s’orienteront sur deux axes :

  • Anticiper et éviter les chutes.
  • Faciliter l’accès à différents éléments de la maison, comme le lit ou les toilettes.

Voyons donc combien peut coûter chaque type de travaux.

Anticiper les chutes

Les chutes constituant la principale cause de décès chez les seniors et PMR, le premier réflexe est de les anticiper.

Pour cela, disposer divers éléments antidérapants est le premier geste à adopter. Le tapis antidérapant dans et autour de la douche ou de la baignoire constitue la solution la moins chère. Quelques dizaines d’euros suffiront pour obtenir des modèles très efficaces. On pourra également trouver des rubans antidérapants et fluorescents à disposer sur les bords de marches d’escaliers.

La pose d’une barre d’appui et de mains courantes est aussi une solution peu onéreuse. Une unique barre coûtera rarement plus de 200 euros. Les barres droites sont évidemment les moins chères. Mais vous pourrez trouver des barres d’appui plus complexes, dont le prix dépasse les 100 euros :

  • Des barres coudées, utiles par exemple pour suivre la forme d’un escalier.
  • Barres sur pieds, lorsqu’une fixation au mur n’est pas possible.
  • Barres rabattables, pour optimiser la place prise par l’équipement.
  • Etc.

Il faut aussi s’intéresser à la pose d’un revêtement de sol non glissant. Les carrelages en particulier sont responsables de nombreuses chutes. Face à cela, deux solutions existent :

  • L’ajout d’un produit antidérapant : moins onéreuse (5€/m² en moyenne), la couche de produit doit être renouvelée à intervalles réguliers.
  • Remplacer son sol par des revêtements non glissants. Il est possible de le remplacer par un carrelage certifié “anti-glisse”, c’est-à-dire répondant à des normes Pieds Nus (PN) et Pieds Chaussés (PC). Le prix d’un carrelage adapté sera généralement compris entre 15 et 50 €/m², avec des modèles pouvant aller jusqu’à 250 €/m². Consultez notre article sur le carrelage en granit : il est naturellement non-glissant.

Faciliter l’accès à sa propre maison

La seconde étape consiste à modifier les différents éléments de la maison afin qu’ils soit adaptés aux besoins des personnes âgées ou en situation de handicap.

Des équipements tels que le lit peuvent ainsi être adaptés ou remplacés. Ainsi :

  • Une barre de lit (ou barrière de lit) peut apporter une aide au lever et au coucher. Les barrières de lit coûtent entre 50 et 200 € en moyenne.
  • Si le lit ne peut pas être adapté, il faudra en changer au profit d’un lit médicalisé. Les lits médicalisés coûtent entre 500 et 4 000 € en moyenne.

Parallèlement, on pourra aussi trouver des canapés pour seniors. Leur prix varie de 500 à 2500 €.

Les toilettes peuvent aussi être modifiées ou remplacées. Pour les adapter, on retrouvera les barres d’appui déjà citées, mais aussi des rehausseurs, des cadres de toilettes et des chaises percées. Leurs prix peuvent aller jusqu’à quelques centaines d’euros.

L’un des équipements les plus fréquemment remplacés est la douche. De nombreuses personnes font le choix de la douche à l’italienne, dont l’accès est plus simple. Son prix moyen est compris entre 600 et 3 000 €. Mais les douches seniors peuvent nécessiter un aménagement spécifique, comme des ouvertures plus larges ou un receveur antidérapant. A cause de ces aménagements, le prix d’une douche senior peut être plus élevé, allant jusqu’à 4 000 €.

On ajoutera finalement ajouter l’éclairage parmi les solutions à petit prix. Les balisages lumineux et chemins lumineux sont le plus souvent des objets simples, ne coûtant que quelques dizaines d’euros.

Il existe également des objets légèrement modifiés. C’est le cas des horloges et pendules dont les aiguilles et les chiffres sont phosphorescents ou plus imposants. Pour quelques euros, des coins de plastique peuvent enfin sécuriser les meubles aux coins pointus.

Un espace pensé pour les seniors : l’avis d’un ergothérapeute

Vous savez désormais à quels prix vous attendre pour les solutions les plus simples. Toutefois, ces actions ne suffisent pas toujours, et des actions plus conséquentes peuvent être nécessaires.

C’est le cas, par exemple, des prises électriques. Celles-ci doivent rester accessibles. Mais leur déplacement peut nécessiter des travaux et l’intervention d’un électricien professionnel. C’est aussi le cas des monte-escaliers, qui sont des appareils coûteux.

Notez toutefois que tous les travaux ne nécessiteront pas d’investissement. Les meubles haut de cuisine, par exemple, pourront simplement être posés plus bas sur le mur.

Pour savoir à quel prix s’attendre exactement, il convient de faire appel à un ergothérapeute. Ces professionnels connaissent les prix des travaux d’adaptation et sont en mesure d’établir des devis.

Ce qu’il faut également savoir sur les coûts de rénovation

Terminons en vous apportant quelques précisions annexes sur les coûts des travaux.

En tant que locataire : qui paie les travaux ?

Si vous êtes locataire, sachez que les travaux d’adaptation seront à votre charge, et qu’ils ne pourront être réalisés que sous conditions.

Toutefois, une fois ces travaux effectués, le propriétaire ne pourra pas vous demander de remettre le logement dans l’état initial lorsque vous le quitterez.

L’alternative : déménager ?

Il existe différentes aides financières pour vos travaux, à commencer par l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Celle-ci doit précisément financer un maintien à domicile. Il y a également les aides de l’ANAH. Consultez notre article dédié pour savoir si vous répondez à ses critères d’éligibilité.

Malgré ces aides, les travaux peuvent encore être très onéreux. Si l’adaptation n’est pas dans vos moyens, un déménagement peut aussi être envisagé.

Néanmoins, trouver le bon logement peut prendre du temps. A l’heure actuelle, on estime que seules 6,5% des habitations sont adaptées à nos aînés. Un constat qui risque de s’aggraver, le vieillissement de la population française allant en s’accentuant. L’ANAH affirme ainsi que « les personnes âgées de 60 ans et plus seront 20 millions en 2030, et même 24 millions en 2060, contre 15 millions aujourd’hui. Les Français âgés de 75 ans et plus verront leur nombre doubler d’ici 2060, passant de 5,7 millions en 2012 à 12 millions. »

N’hésitez pas à consulter les services d’aides d’IZI by EDF. Face à une situation de perte d’autonomie, nous sommes là pour vous accompagner dans vos travaux.

Publié le 26 Janvier 2021

Obtenez un devis

Recevez rapidement un devis sur-mesure

Les données sont collectées par IZI by EDF en vue de vous proposer un devis commercial gratuit. Vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique bloctel.gouv.fr. Plus d'infos : Charte de traitement des données IZI by EDF

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *