Les modules du tableau électrique : quels types pour quelles fonctions ?

contacteur jour nuit
Partager

On dit souvent que le tableau électrique est le cœur d’une installation électrique domestique. Concrètement, le tableau électrique n’est qu’un coffret et ce sont plutôt les équipements qui le composent qui donnent vie à l’installation. Quels sont exactement les types de modules que l’on peut trouver dans un tableau électrique ? Devenez incollable sur les modules de tableau électrique avec ce guide préparé par IZI by EDF.

Quelques rappels pour bien commencer

Qu’est-ce qu’un module ?

La taille d’un tableau électrique est souvent désignée en fonction de son nombre de modules électriques. Un module constitue un emplacement destiné à recevoir différents appareillages.

Module ou appareillage : quelle différence ?

Bien que le module désigne normalement un espace dans le tableau électrique, ce terme peut aussi désigner le matériel électrique installé sur cet emplacement. Il s’agit d’un abus de langage très courant. On peut également parler d’appareillages modulaires.

Il existe des appareils modulaires de différentes tailles qui sont standardisées en fonction de la largeur d’un module de tableau électrique (17,5 mm). Ainsi, certains éléments s’installent sur un seul module (ou emplacement), tandis que d’autres nécessitent 2, 3 ou 4 modules.

Dans la suite de cet article, nous utiliserons indifféremment les termes de module ou appareil modulaire pour désigner les matériels électriques qui composent un tableau électrique.

Les grandes familles de modules

Il existe deux grandes catégories d’appareils modulaires dans un tableau électrique :

• Les dispositifs de protection des biens et des personnes ;
• Les dispositifs de commande et de programmation.

Regardons chaque famille de plus près.

Les modules de protections

Les modules de protection ont un double but :

• Assurer la sécurité des personnes en contact avec l’installation électrique ;
• Assurer l’intégrité des composants matériels de l’installation ainsi que des équipements électriques qui y sont branchés (électroménager, appareils de chauffage, etc.).

Les modules de protection différentielle

D’après la norme NF C 15-100, une protection différentielle est obligatoire pour tous les circuits de l’installation électrique. Ce matériel est dédié principalement à la protection des personnes.

Un appareil de protection différentiel met le circuit hors tension dès lors qu’il détecte une fuite de courant dont l’intensité est dangereuse pour l’homme. Il existe deux types d’appareillages de protection différentielle :

• L’interrupteur différentiel ;
• Le disjoncteur différentiel.

Quelle est la différence entre un interrupteur différentiel et un disjoncteur différentiel ?

L’interrupteur différentiel assure uniquement la fonction essentielle d’une protection différentielle : repérer les fuites de courant. Le disjoncteur différentiel, quant à lui, va plus loin en détectant également les surcharges et les courts-circuits. Il a donc aussi une fonction de protection des biens. S’il est plus complet, il est également plus coûteux. Son utilisation est généralement réservée à des circuits spécifiques, notamment dans le domaine industriel.

Chez les particuliers, le branchement d’un interrupteur différentiel pour l’ensemble du tableau électrique est généralement suffisant.

Les modules de protection individuelle

En plus de la protection différentielle, chacun des circuits électriques doit disposer d’un dispositif individuel pour protéger les personnes contre les courts-circuits et les surcharges.

Les coupe-circuits à fusible sont des composants à usage unique. Une fois qu’ils ont détecté une anomalie, ils « grillent » et doivent être remplacés.

Les fusibles sont encore autorisés mais ils ne répondent plus à la norme en vigueur. Lors de vos travaux de rénovation ou de mise aux normes électriques, il est donc fortement recommandé de les remplacer par des disjoncteurs magnéto-thermiques.

Les disjoncteurs magnéto-thermiques sont aussi appelé disjoncteurs divisionnaires. Contrairement au fusible, le disjoncteur « saute » quand il repère un problème. Il peut simplement être réarmé manuellement.

Le disjoncteur fait donc aussi office d’interrupteur. Il peut être utilisé pour couper temporairement l’alimentation d’un circuit électrique.

La protection individuelle se place en tête du circuit. Son ampérage doit être choisi en fonction des caractéristiques du circuit à protéger.

Le module parafoudre

Le rôle du bloc parafoudre (ou parasurtenseur) est de protéger l’installation contre les effets de la foudre. Il empêche la surtension temporaire engendrée par la foudre d’atteindre et d’endommager les équipements électriques.

Ne pas confondre : parafoudre et paratonnerre. Le paratonnerre protège physiquement la structure d’un bâtiment contre un coup direct de la foudre. Il capte l’intensité émise par le coup de foudre et la conduit jusqu’à la terre pour la dissiper. Le parafoudre, quant à lui, protège contre les surtensions d’origine atmosphérique dans les lignes électriques.

L’installation d’un parafoudre est obligatoire dans certaines conditions (notamment géographiques) définit par la norme NF C 15-100. Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à consulter notre guide dédié au parafoudre.

Les modules de commande et de programmation

Des appareils modulaires peuvent aussi être ajoutés pour apporter des fonctionnalités spécifiques à votre installation électrique, notamment dans les domaines de l’éclairage et de la gestion de l’énergie.

Les modules d’éclairage

La commande de l’éclairage peut être réalisée par l’ajout d’un module spécifique. Par exemple, une minuterie permet de définir la durée de fonctionnement de certains points d’éclairage comme celui de l’entrée ou du garage. L’éclairage s’éteint ainsi automatiquement une fois le temps écoulé.

Le télérupteur permet d’installer trois (ou plus) points de commande d’un éclairage via des boutons poussoirs.

Avec un télévariateur modulaire, vous pouvez faire varier l’intensité lumineuse d’un ou plusieurs points d’éclairage. Du côté de l’utilisateur, il suffira d’appuyer plus ou moins longtemps sur le bouton poussoir qui commande la lumière.

Les modules de gestion de l’énergie

Le contacteur jour nuit doit être associé à un abonnement d’électricité qui distingue les heures pleines et les heures creuses. Le contacteur autorisera le fonctionnement de certains appareils uniquement pendant les heures creuses. Ainsi, vous profitez du tarif d’électricité le plus avantageux. Ce module est couramment utilisé pour la commande d’un chauffe-eau à accumulation.

L’horloge de programmation permet de définir des horaires de fonctionnement de certains circuits. Elle peut être utile par exemple pour limiter l’activation d’un système de simulation de présence.

Le délesteur sert à prioriser certains circuits électriques lorsque la demande électrique est trop forte. En effet, lorsqu’un grand nombre d’appareils fonctionnent simultanément, la puissance nécessaire peut dépasser la puissance souscrite. Dans ce cas, le disjoncteur général saute et coupe l’électricité dans l’ensemble du logement. Le délesteur permet justement d’éviter cela puisqu’il coupe temporairement l’alimentation des circuits définit comme non prioritaires. Il rétablit ensuite l’alimentation de toute l’installation dès que la puissance demandée revient à la normale. Ce système permet de gérer les pics de puissance ponctuels et évite de souscrire un abonnement plus coûteux.

Remplacement de tableau électrique

Publié le 27 juillet 2020

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *