L’histoire de la voiture électrique (pour briller en société)
Mobilité électrique

L’histoire de la voiture électrique (pour briller en société)

Lecture en 6 min

Publié le 31 Janvier 2022

Depuis quelques années le marché automobile connait une évolution sans précédent. En effet, peu à peu les voitures électriques viennent remplacer les moteurs à essence. Aujourd’hui, le passage aux véhicules 100% électriques ou hybrides s’impose comme une évidence pour réduire les émissions de Co2. Des premiers prototypes insolites de 1830 aux dernières innovations techniques, IZI by EDF revient sur l’histoire passionnante et surprenante de la voiture électrique.

Voiture électrique : une ‘innovation’ qui va bientôt fêter ses 200 ans !

En 2022, en réponse au réchauffement climatique, les véhicules électriques permettent des déplacements plus propres. En effet, sur la route les voitures électriques n’émettent pas de Co2. Place à la transition écologique avec des moyens de mobilité plus respectueux pour l’environnement.

Par définition, la voiture électrique désigne un véhicule dont la propulsion fonctionne grâce à un ou plusieurs moteurs électriques. Actuellement les modèles produits en série proposent performances au volant et autonomie sur les routes. Tous les constructeurs automobiles étoffent leurs catalogues avec une gamme toujours plus innovante de véhicules électriques.

Cependant, si le marché est en plein boom, cette remarquable invention ne date pas d’hier. En effet, dés le début du XIXe siècle, au début de l’aventure automobile, des inventeurs se sont penchés sur la propulsion électrique pour faire avancer les premiers prototypes de voiture électrique. Revenons sur les dates et innovations clés qui font l’histoire de la voiture électrique.

Carburer à l'électrique n'a jamais été aussi IZI !

J'installe une borne

Dès 1830 : les premiers essais de voitures électriques

Comme beaucoup d’inventions majeures, la paternité de la voiture électrique fait débat. L’histoire retient l’apparition des premières voitures électrique dans les années 1830. Pour rappel, au XIXe siècle, l’électricité se pose comme une alternative innovante à la vapeur ou au charbon alors principales sources d’énergie.

Ainsi, en 1835 au Pays-Bas, Robert Anderson présente une calèche à propulsion électrique. Son véhicule utilise 8 électroaimants alimentés par toute une batterie de pile. Les performances restent anecdotiques mais la voiture électrique vient de faire son entrée dans l’histoire !

Dès lors tout s’emballe dans une course au progrès. L’année suivante, aux USA Thomas Davenport construit une petite locomotive électrique. Pendant la décennie qui suit, plusieurs essais de voitures électriques voient le jour avec plus ou moins de succès. On peut par exemple citer le modèle de Robert Davidson qui atteint les 6 km/h en 1938.

Cependant, pour tout ces modèles un inconvénient de taille : pas encore de possibilité pour recharger les batteries. Le point crucial qui en limite tout potentiel commercial.

1859 : les premières batteries rechargeables

Partout dans le monde les inventeurs vont chercher à améliorer les performances encore limitées des voitures électriques. En 1859, le français Gaston Planté invente la batterie en plomb acide qui peut être rechargée. Camille Faure va perfectionner cette découverte. Ainsi, en 1881 une première voiture électrique fiable et viable fait sensation à l’Exposition Internationale d’Electricité de Paris.

A cette époque, la voiture électrique semble avoir de solides arguments pour concurrencer les moteurs thermiques. Dès 1897, New York compte ses premiers taxis roulant grâce à l’électricité, pouvant même être rechargés sur un de réseau de bornes publiques.

Les progrès techniques sont alors fulgurants avec en 1899, la première voiture électrique à dépasser les 100 km/h ! A la fin du XIXe siècle, les véhicules électriques sont bien partis pour conquérir le monde. Les débuts sont très prometteurs avec presque 40% de véhicules électriques produit aux USA.

1908 : le long déclin de la voiture électrique

De son côté, la voiture thermique n’a pas encore dit son dernier mot et connait également d’importants progrès techniques. En 1908, le constructeur américain révolutionne le marché en dévoilant la Ford T. Elle se caractérise par un prix plus accessible, deux fois moins que les voitures électriques, et un fonctionnement simple. L’essence alors bon marché va s’imposer comme le carburant idéal pour faire avancer un moteur. Cette étape s’avère décisive dans la démocratisation des voitures thermiques.

D’autre part, les progrès techniques, notamment sur la capacité de recharge des batteries progressent moins vite. Le manque d’autonomie et de puissance vont se révéler fatal au marché naissant des voitures électrique. A ce moment, elle va prendre un retard quelle mettra presque 100 ans à rattraper.

Ainsi, durant tout le XXe siècle, on va assister à la toute hégémonie du moteur essence. Peu à peu, les voitures électriques vont sombrer dans l’oubli collectif et se cantonner à rester une alternative futuriste. Au profit du standard essence qui va imposer ses règles du jeu pendant des décennies.

70’s : la redécouverte du potentiel de la voiture électrique

Entre 1920 et 1960, les voitures électriques disparaissent du paysage automobile mondial. On peut juste noter quelques initiatives sans succès de 1940 à 1942 pour répondre à la pénurie d’essence d’après-guerre.

Mais dans les années 60, le contexte économique évolue avec la fin du boom économique et l’apparition des premières préoccupations écologiques. Ainsi, en 1966 le congrès américain préconise de relancer la production de véhicules moins polluants pour réduire la pollution de l’air aux particules de Co2.

Le premier choc pétrolier de 1973 va alors relancer l’histoire de la voiture électrique. De nombreux constructeurs vont reprendre le flambeau de la recherche et du développement Cependant, les progrès tardent à venir et la production de voiture électrique ne décolle pas.

On peut tout de même citer l’invention de la première voiture hybride en 1972 par General Motors proposant une double motorisation essence/électrique. Progressivement l’opinion public change et devient favorable à l’adoption de moyen de transport moins polluants.

Toutefois, les résultats techniques ne sont pas encore au RDV. Peu d’autonomie, manque de puissance poids et prix de la batterie restent des freins au développement de la voiture électrique.

Années 90 : les premiers véhicules électriques ou hybrides produits en série

Des 1990, des mesures sont prises un peu partout pour encourager le développement des énergie propres. On peut citer le ‘Zero Emission Vehicle’ ou ZEV qui prévoit au moins 2% de voitures sans émissions en 1998 en Californie.

Le vent tourne : les progrès techniques réguliers et les incitations gouvernementales replacent les voitures électriques sur le devant de l’histoire. Les innovations portent principalement sur les batteries lithium-ion avec de nouvelles perspectives notamment pour plus d’autonomie et de meilleure capacité de charge.

Toutefois, les grands groupes pétroliers vont faire de la résistance et se mobilier pour contrer le développement annoncé de la voiture électrique. Mais le mouvement initié ne peut plus faire marche arrière. On assiste alors à l’apparition des premiers véhicules électriques produits en série et à destination du grand public. Parmi eux la EV1 de GM et la Toyota Prius premier véhicule hybride commercialisé en masse en 1998.

 Le marché va alors prendre timidement son envol avec une clientèle intéressée mais qui reste encore à convaincre. Sans suit alors une décennie de progression lente

A partir de 2008 : le retour triomphal de la voiture électrique

Il faut attendre 2008 et le lancement de la Nissan Leaf par la firme Nippone pour assister à une nouvelle tendance. A partir de ce moment l’histoire de la voiture électrique se fait sous de meilleurs jours. De nouveaux constructeurs comme Tesla vont rentrer dans la course en proposant des modèles électriques toujours plus performants. L’autonomie et la capacité de charge sont régulièrement démultipliées.

En même temps, le prix des voitures électrique va baisser. A cela s’ajoute de nouvelles incitations sous formes d’aides et de primes pour financer l’achat d’un nouveau véhicule non polluant Ainsi, rapidement, les consommateurs vont faire de plus ne plus le choix de l’électrique pour répondre à leurs besoins en mobilité.

On arrive aujourd’hui à un point de basculement où le marché des voitures essence laissent la place à des voitures électriques plus propres et plus performantes. Partout de nouveaux points de recharge publics ou partagés voient le jour. Chaque marque propose régulièrement de nouveaux modèles full électriques ou hybrides. Vous êtes aussi tenté de participer à l’aventure de la mobilité verte ? N’attendez plus et laissez vous séduire par les nouvelles voitures électriques !

Carburer à l'électrique n'a jamais été aussi IZI !

J'installe une borne

Un commentaire, une question ?

Posez votre question
confirmation

Merci pour votre contribution.

Votre commentaire sera soumis à une modération avant d’être publié.

Leave a Reply

Champs requis *

Décrivez-nous votre question, commentaire*

Prénom*

Email*

L'adresse mail collectée ne sera pas publiée. Vous serez notifié via cette adresse d'une réponse de nos équipes à votre commentaire. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici.