Mise en sécurité d’une installation électrique existante : 6 règles à respecter

Partager sur

Votre installation électrique commence à dater ? Il est peut-être temps de procéder à une mise en sécurité électrique. Vous aurez ainsi l’assurance que votre installation électrique ne présente pas de danger majeur. Quels travaux faut-il prévoir ? Découvrez les 6 règles à respecter pour mettre en sécurité une installation électrique existante.

Mise en sécurité électrique : les exigences minimales définies par le Consuel

L’installation électrique est sans doute l’un des éléments qui présente le plus de risques dans une maison ou un logement. Si l’installation est vieillissante, elle peut présenter des dysfonctionnements ou des anomalies qui constituent un danger pour les occupants. En effectuant des travaux de mise en sécurité de votre installation électrique, vous pouvez protéger votre famille ainsi que vos biens.

Le but de la mise en sécurité électrique est d’atteindre un niveau de sécurité satisfaisant pour protéger les personnes et les biens. Pour cela, les travaux d’électricité se concentrent sur les points clés qui contribuent le plus à la sécurité électrique.

Le CONSUEL (le COmité National pour la Sécurité des Usagers de l’ÉLectricité) a défini six critères fondamentaux à respecter dans le cadre d’une mise en sécurité électrique. Voyons quelles sont les règles à respecter pour mettre une installation électrique en sécurité.

Présence d’un disjoncteur général

L’installation électrique doit être équipée en amont d’un appareil général de commande et de protection. Il s’agit d’un disjoncteur général (aussi appelé disjoncteur de branchement). Son rôle est de pouvoir mettre l’ensemble de l’installation hors tension facilement et rapidement et en cas de problème.

Le disjoncteur général est normalement placé dans le tableau électrique du logement. Il doit être facilement accessible.

Présence d’une protection différentielle

Par ailleurs, tous les circuits de l’installation électrique doivent être équipés d’une protection différentielle. Cette fonction est généralement assurée par au moins un interrupteur différentiel ou disjoncteur différentiel. Le but du dispositif est de protéger les habitants contre les fuites de courant qui pourraient causer des chocs électriques.

La protection différentielle doit impérativement être associée à une prise de terre. Ainsi, le courant de fuite peut être évacué sans risque vers la terre. La sensibilité du dispositif de protection différentielle doit être adaptée aux conditions de mise à la terre.

Liaison équipotentielle et règles liées aux salles d’eau

Les salles d’eau sont des pièces particulièrement sensibles aux risques d’origine électrique. C’est pourquoi des dispositions spécifiques doivent être prises dans ces espaces. La mise en sécurité de l’installation passe par la mise en place d’une liaison équipotentielle.

De plus, la norme NF C 15-100 définit des règles électriques spécifiques aux salles de bain. La pièce est divisée en différents volumes. Des exigences particulières s’appliquent ensuite dans chaque zone. Le respect des volumes électriques dans la salle de bain est un critère essentiel à la sécurité de l’installation.

Normes

Besoin d’aide pour vos travaux ?

Normes

Besoin d’aide pour vos travaux ?

Faites nous votre demande de devis afin d’élaborer votre projet ensemble.

Demander un devis

Présence de disjoncteurs conformes

Chaque circuit électrique doit également être protégé par des disjoncteurs ou des coupe-circuits adaptés à la section des conducteurs.

Ces appareillages servent de protection en cas de surcharge, de surtension ou de court-circuit. En cas d’anomalie sur un circuit électrique, le disjoncteur coupe l’alimentation électrique. Ce dispositif empêche la détérioration des appareils électriques. Cela évite aussi une surchauffe des câbles qui pourrait être à l’origine d’un départ de feu.

Absence d’équipements vétustes

La mise en sécurité impose de supprimer tout matériel électrique ancien qui est devenu dangereux ou qui n’est plus adapté à l’usage courant. Il faut également éliminer tout risque de contact direct avec des pièces nues sous tension.

Protection mécanique des conducteurs

Enfin, une installation électrique sûre ne peut comprendre aucun câble électrique apparent et dénudé. Il faut donc que tous les conducteurs disposent d’une protection mécanique : gaines, conduits, moulures, plinthes, etc.

Mise en sécurité ou mise en conformité : est-ce la même chose ?

Non ! Mettre en sécurité une installation électrique consiste à mettre à niveau les éléments essentiels pour assurer un niveau de sécurité convenable. Seuls les points critiques de l’installation sont donc vérifiés.

À l’inverse, mettre en conformité est une opération plus profonde et plus complète. La mise en conformité consiste à respecter à 100 % la dernière norme électrique en vigueur. La totalité de l’installation doit alors être conforme à la norme NF C 15-100.

Comment prouver qu’une installation électrique est mise en sécurité ?

A l’issue de ses travaux de mise en sécurité, l’électricien doit établir un document essentiel. Il s’agit de l’attestation de conformité pour mise en sécurité. L’électricien doit ensuite faire valider l’attestation par le Consuel avant de vous le remettre.

L’attestation Consuel certifie que votre installation électrique respecte les 6 exigences minimales de sécurité. Ce document a une durée de validité limitée :

  • 3 ans dans le cas d’une vente ;
  • 6 ans dans le cas d’une location.
Normes

Mise en sécurité de l'installation électrique

Publié le 8 Avril 2021

Un commentaire, une question ?

Posez votre question
confirmation

Merci pour votre contribution.

Votre commentaire sera soumis à une modération avant d’être publié.

Leave a Reply

Required fields are marked *

Décrivez-nous votre question, commentaire*

Prénom*

Email*

L'adresse mail collectée ne sera pas publiée. Vous serez notifié via cette adresse d'une réponse de nos équipes à votre commentaire. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici.