Faut-il utiliser des disjoncteurs de 10A ou 16A pour les circuits d’éclairage ?

Partager sur

tableau-electrique-faut-il-utiliser-disjoncteurs-10a-ou-16a-pour-circuits-eclairage

L’installation électrique d’une habitation doit être sûre. Pour cela, chaque circuit électrique doit répondre aux besoins des appareils électriques qui lui sont associés. Dans le cas d’un circuit d’éclairage, les particuliers hésitent bien souvent entre les disjoncteurs 10A et 16A. Le bon choix dépend avant tout du nombre de points lumineux présents sur votre circuit d’éclairage d’intérieur. Voilà ce qu’en dit la norme de référence : la NF C 15-100.

Comment choisir ses disjoncteurs de son tableau ?

Dans le choix de ses disjoncteurs, le calibre (exprimés en ampères et noté A) est très important. En effet, ce calibre, qui va de 2A à 32A pour les disjoncteurs destinés aux particuliers, détermine la tension auquel l’appareil « saute ».

Ainsi, si un appareil nécessitant 20A (c’est le cas de nombreux appareils électroménagers) est branché sur un disjoncteur de 10A, le disjoncteur sautera à chaque utilisation. À l’inverse, si l’on branche un appareil nécessitant 10A sur un dispositif en 32A, le disjoncteur risque de ne pas jouer son rôle de protection des équipements électriques : en cas de court-circuit ou de surtension, il risque de ne pas sauter et peut alors occasionner un départ d’incendie électrique.

Chaque disjoncteur doit donc être adapté aux appareils qu’il prend en charge. Pour savoir quels appareils s’imposent, on se reportera à la NF C 15-100. Cette norme ne donne aucune obligation, mais uniquement des recommandations quant aux calibres des disjoncteurs. Elle donne aussi des recommandations dans le diamètre des sections (1,5 mm², 2,5 mm², etc.) et dans la répartition des circuits. À titre d’exemple, la NF C 15-100 préconise un disjoncteur de 20A et un fil de 2,5 mm² pour un circuit regroupant jusqu’à 12 prises électriques.

Des disjoncteurs adaptés aux circuits d’éclairage

Cette même norme prévoit ainsi un disjoncteur de 16A maximum pour les circuits regroupant 8 points d’éclairage. Il s’agit là d’un maximum, et l’on pourra envisager un disjoncteur plus faible si le circuit regroupe moins de 8 lumières. Dans ce second cas, un disjoncteur de 10A peut suffire.

Tableau électrique

Besoin d’aide pour vos travaux ?

{ Tableau électrique}

Besoin d’aide pour vos travaux ?

Faites nous votre demande de devis afin d’élaborer votre projet ensemble.

Demander un devis

Ampères et watts : une simple formule

Répétons-le : la norme NF C 15-100 fournit uniquement des recommandations. Une autre manière de procéder, plus précise, consiste à s’intéresser à la puissance totale que représenteront tous les points d’éclairage raccordés au circuit.

Il suffit donc d’additionner l’ensemble des puissances de chaque appareil, et de choisir un disjoncteur capable de soutenir ce total. On estime alors :

  • Qu’un disjoncteur de 10A peut supporter une puissance cumulée de 2 200W.
  • Qu’un disjoncteur de 16A peut supporter une puissance cumulée de 3 520W.

Pour établir cette puissance, on se rapporte à la célèbre équation : puissance = tension multipliée par intensité. En France, le courant est essentiellement en 220-230 volts. Ainsi, 220V x 10A = 2 200W.

À partir de là, on peut également inverser l’équation : par exemple, un circuit de points d’éclairage totalisant 1 500W aura besoin de 1 500W : 220V = 6,81A. Dans ce cas de figure, un disjoncteur de 10A suffira.

N’hésitez pas à favoriser une légère marge : pour un circuit d’éclairage nécessitant près de 10A, préférez un disjoncteur de 16A.

Mieux tenir compte de chaque point lumineux

Ce calcul de puissance implique, quoi qu’il en soit, de bien connaître la puissance de ses lampes, plafonniers, luminaires et autres appliques de salles de bains. En effet, entre les simples ampoules LED et les lampes halogènes en passant par les néons et les bandeaux LED, la différence de puissance peut être très importante.

Ainsi, on trouve aujourd’hui des ampoules dont l’intensité lumineuse est comprise entre 25 et 100 watts. Les ampoules basse consommation sont capables d’éclairer une grande pièce pour seulement 10 ou 12 watts. Il est donc possible d’en regrouper un certain nombre sur un petit disjoncteur de 10A. Mais les lampes halogènes, à l’inverse, peuvent dépasser la centaine de watts. Certains modèles peuvent même flirter avec les 500 watts.

Il est primordial, dès la conception du schéma électrique d’une pièce, de déterminer quels seront les types d’éclairage choisis dans chaque pièce. Vous pourrez ainsi anticiper les disjoncteurs à prévoir, mais aussi (et surtout) les dimensions des câbles électriques à passer.

Nombreux sont les propriétaires à craindre de faire une erreur dans la mise en place de leur installation électrique. La modification a posteriori d’une installation existante est effectivement plus complexe. En cas de besoin, IZI by EDF peut vous mettre en relation avec des électriciens professionnels, et vous accompagner dans la mise aux normes électriques de votre maison.

Tableau électrique

Installation de luminaire

Publié le 7 Mai 2021

Obtenez un devis

Recevez rapidement un devis sur-mesure

Les données sont collectées par IZI by EDF en vue de vous proposer un devis commercial gratuit. Vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique bloctel.gouv.fr. Plus d'infos : Charte de traitement des données IZI by EDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *