De quoi se compose et comment fonctionne un tableau électrique ?

Partager sur

photo-coffret-electrique-en-saillie

Le tableau électrique est indispensable au bon fonctionnement d’une installation électrique. Vous aimeriez avoir une explication simple du fonctionnement d’un tableau électrique ? Découvrez ci-dessous comment est fait un coffret électrique et quels équipements il doit recevoir.

Le principe de fonctionnement d’un tableau électrique

Tout appartement ou maison doit être équipé d’un tableau électrique. On parle également de coffret électrique ou d’armoire électrique. Suivant l’âge de l’installation, le coffret peut être situé à l’extérieur de l’habitation. Cependant, la norme en vigueur impose de le placer à l’intérieur du foyer.

Le rôle du tableau électrique est de concentrer au même endroit les protections et les commandes des différents circuits électriques nécessaires à une habitation : circuit de prise, de chauffage électrique, d’appareils électroménagers, etc.

L’alimentation électrique du tableau

A moins d’être équipé d’un système autonome, le réseau électrique d’un foyer est alimenté depuis le service public. Ainsi, l’alimentation générale du coffret provient du réseau de distribution public.

L’installation prévoit d’abord un compteur électrique. Ensuite vient un disjoncteur de branchement (ou disjoncteur général) qui est relié au tableau principal. Puisqu’il est placé en amont du tableau, le disjoncteur de branchement permet de couper l’alimentation du coffret et donc de l’ensemble du logement. Cela est indispensable en cas de coupure d’urgence ou lors de travaux électriques.

Différents circuits électriques viennent ensuite se câbler sur le coffret pour alimenter le logement. C’est un électricien professionnel qui doit réaliser l’installation et le câblage d’un tableau électrique.

Obtenir un devis pour remplacer un tableau électrique

Comment est fait un tableau électrique

Un tableau électrique est tout simplement un boîtier destiné à recevoir différents types d’appareillage.

La structure du boîtier lui-même est composée de plusieurs éléments, notamment :

  • Des rangées ou rails métalliques (rail din) ;
  • Des bornes de raccordement ;
  • Le bornier de terre (la mise à la terre d’un tableau électrique est obligatoire) ;
  • Des peignes d’alimentation horizontaux et verticaux ;
  • Des connecteurs.

Les modules qui composent le tableau

D’après la norme électrique NFC 15-100, une installation électrique doit comporter des équipements électriques appelés modules. Certains modules sont obligatoires tandis que d’autres sont facultatifs. En particulier, le dispositif différentiel et la protection individuelle sont indispensables.

Les modules de protection différentielle

Les dispositifs différentiels doivent protéger les personnes en contact avec l’installation. Le rôle de ce matériel électrique est de mesurer le courant électrique qui traverse le circuit qu’il protège. En cas d’anomalie, le différentiel détecte qu’il y a une fuite de courant. Cela arrive notamment lorsqu’un appareil électrique présente un défaut d’isolement. Le courant résiduel ainsi créé est un réel danger pour les occupants du foyer. Il peut provoquer une électrisation voire une électrocution. Dans un tel cas, le différentiel vient couper le courant afin d’éliminer le risque.

L’interrupteur différentiel constitue la protection différentielle modulaire la plus courante. Il est également possible d’utiliser un disjoncteur différentiel. Ces deux dispositifs électriques assurent la protection des personnes.

Bon à savoir : Les disjoncteurs différentiels cumulent la fonction différentielle des interrupteurs différentiels et la fonction de protection des disjoncteurs divisionnaires (voir ci-dessous).

Les modules de protection individuelle

Les circuits électriques doivent également être protégés contre deux types de défauts :

  • La surcharge qui correspond à une intensité électrique supérieure à la normale ;
  • Le court-circuit qui apparaît lors d’un contact direct entre phase et neutre.

Les surcharges et les courts-circuits détériorent les installations électriques ainsi que les appareils électriques qui y sont raccordés (électroménagers, chauffe-eau, radiateur, etc.). C’est pourquoi des appareillages modulaires adaptés sont nécessaires pour assurer la protection des circuits.

Dans les installations anciennes, c’est le porte-fusible qui jouait ce rôle. Toutefois, lorsqu’une anomalie fait disjoncter le fusible, il n’est pas possible de le réarmer. Il faut alors le remplacer. Aujourd’hui, les fusibles sont progressivement remplacés par des disjoncteurs divisionnaires, aussi appelés magnéto-thermiques. Ces disjoncteurs modulaires sont équipés d’une manette qui permet de les réarmer.

Le disjoncteur différentiel est un modèle particulier de disjoncteur divisionnaire. Il n’est pas efficace seulement contre les surcharges et les courts-circuits, mais aussi contre les fuites de courant.

modules-dans-tableau-electrique

Le parafoudre (ou parasurtenseur) est un autre équipement de protection qui peut être obligatoire en fonction de la région et de la situation d’une construction. Le parafoudre protège l’installation contre les pics de tensions temporaires générés par la foudre.

Les modules de commande d’éclairage

Il est possible d’ajouter des modules facultatifs au tableau électrique afin de disposer de commandes d’éclairage particulières. Les plus courants sont :

  • Le télérupteur : il sert à créer un réseau de plus de trois boutons poussoirs pour commander un point lumineux.
  • La minuterie : il permet d’éteindre automatiquement certains équipements lorsque la durée définie est écoulée.
  • Le télévariateur : il fait varier l’intensité lumineuse d’un éclairage.

Les modules de gestion de l’énergie

Enfin, d’autres appareillages modulaires facilitent la gestion de l’électricité dans votre logement. Il s’agit en particulier des équipements suivants :

  • Le contacteur jour nuit : il permet de profiter au mieux de la tarification en heures creuses. Concrètement, en dehors des plages creuses, il coupe le courant du circuit sur lequel il est placé. Il doit être associé à un abonnement adapté auprès de votre fournisseur d’électricité.
  • Le délesteur : lors d’un pic de puissance trop important, il coupe automatiquement certains circuits. Les autres peuvent ainsi continuer à fonctionner normalement.
  • L’horloge de programmation : il sert à définir des plages de fonctionnement de certains équipements.
  • Le sous-compteur : il mesure la consommation électrique d’une sous-partie de votre foyer.

Publié le 6 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *