La mise à la terre pour une installation électrique : que dit la loi ?

Partager sur

Electricité

Dans une maison, comme dans un immeuble ou un appartement, la prise de terre est obligatoire. En effet, elle sécurise l’ensemble de votre installation électrique et vous protège au quotidien. Obligatoire pour tous les types de bâtiment, la mise à la terre fait partie des travaux à faire absolument réaliser lors de la construction ou de la rénovation électrique de votre logement, c’est la loi.

Pourquoi la prise de terre est-elle obligatoire ?

La mise à la terre de toute installation électrique est imposée depuis 1969. Si elle a évolué depuis cette date, c’est aujourd’hui à la norme NFC 15-100 que l’on peut se fier. La dernière mise à jour de cette norme électrique date de 2015. Selon celle-ci, toutes les prises et tous les interrupteurs d’une maison doivent obligatoirement être reliés à la prise de terre. Les pièces les plus à risque, comme la salle de bains et la cuisine sont, bien entendu, concernées, mais c’est aussi le cas du salon, des chambres, etc.

À l’origine, lors de la création de cette norme en 1969, seules les pièces d’eau étaient concernées. Attention, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Pensez donc à faire réviser votre installation électrique si votre maison a été construite avant 1991.

Normes

Besoin d’aide pour vos travaux ?

Normes

Besoin d’aide pour vos travaux ?

Faites nous votre demande de devis afin d’élaborer votre projet ensemble.

Demander un devis

Faire la différence entre la mise à la terre et la prise à la terre

Bien que l’on utilise les deux expressions de manière interchangeable, elles ne signifient pas la même chose. En effet, la mise à la terre fait référence aux différents dispositifs permettant d’évacuer le surplus de courant vers la prise de terre.

C’est quoi une prise de terre ?

La prise de terre, quant à elle, désigne en fait l’élément conducteur installé en profondeur dans le sol. La prise de terre n’est donc que le dispositif final de l’ensemble du circuit de mise à la terre de votre installation électrique.

Quel est le rôle de la mise à la terre ?

Reliée au tableau électrique, la prise de terre permet une liaison directe avec le sol. La prise de terre est enfouie à plusieurs mètres sous terre et évacue l’électricité en cas de défaut d’isolement. Ce type de défaut apparaît lorsque l’isolant autour d’un fil ou d’un autre conducteur actif n’est plus opérationnel. Avec le temps, l’isolant en plastique sèche et devient cassant et friable.

L’absence de la prise de terre de votre installation électrique vous met donc directement en danger en cas de dysfonctionnement de votre installation électrique. Pourquoi ?

Vos interrupteurs différentiels ou disjoncteurs différentiels sont capables de détecter un écart entre le courant qui arrive dans le circuit et celui qui en repart. Dans un fonctionnement normal, ces deux valeurs sont égales. En cas de défaut d’isolement, un courant de fuite s’établit (il est évacué dans la prise de terre). À ce moment, le différentiel capte cet écart et coupe le circuit, car il y a un danger imminent.

Résumé des risques liés à une mauvaise mise à la terre

En effet, si vous touchez un équipement avec un défaut d’isolement, c’est par vous que transitera le courant. Il peut s’agir d’une « simple décharge » (une électrisation) ou d’une électrocution. Rappel : une électrocution provoque la mort.

Le rôle de la mise à la terre consiste donc à réduire les risques d’électrisation et d’électrocution, raison pour laquelle elle est obligatoire dans tous les bâtiments, y compris ceux destinés à l’habitation.

La loi rend obligatoire la mise à la terre pour protéger les occupants d’un logement ou d’un bâtiment.

risque mise à la terre

Le schéma d’un accident à cause d’un défaut de mise à la terre

S’il fallait expliquer comment se déroule un accident d’origine électrique, voici ce qu’il faudrait retenir.

Un court-circuit dans une installation électrique

D’une part, il y a les courts-circuits et les surcharges. Eux sont principalement responsables des incendies d’origine électrique dans les habitations. En effet, il s’agit d’une très forte augmentation de l’intensité qui transite dans le circuit. En cas de court-circuit, c’est deux conducteurs de potentiels différents qui se touchent. On obtient alors plusieurs milliers d’ampères et une élévation de chaleur titanesque. L’isolant va fondre, et les matériaux atour du câble pourront prendre feu. Par exemple, la laine de verre de votre isolation va s’embraser, le bois de la structure ou même le carton de votre placo.

La partie magnétique de votre disjoncteur va détecter cette élévation de l’intensité. C’est un élément en métal pris dans un champ magnétique qui fera le travail. Le courant va augmenter le champ magnétique qui déplacera la petite masse en métal et provoquera la disjonction. Le temps de réaction est ici primordial pour empêcher une trop forte élévation de la température.

L’établissement d’un courant de fuite

Ce qui nous intéresse dans le cadre de la mise à la terre, et explique la loi qui l’encadre, c’est le risque en cas de défaut d’isolement. Dans le cas où un isolant perd de son efficacité, un transformateur qui voit son vernis vieillir ou l’isolant d’un moteur de machine à laver qui se perce, un courant de fuite va s’établir par le conducteur de terre. C’est ici que sa présence est cruciale. C’est la terre qui permet au courant de fuite de s’établir et donc, d’être détecté par le différentiel.

Le différentiel, là encore par un système de champ magnétique, « compare » les valeurs de courant entrant et sortant. En cas de fuite, le courant sortant ne sera pas égal au courant entrant. Les champs magnétiques ne seront donc plus équilibrés. Le différentiel capte cette différence et ouvre le circuit. Ainsi, vous êtes protégé.

Si la mise à la terre n’est pas faite (ou mal faite), alors il ne peut pas y avoir de courant de fuite. Si vous touchez votre appareil (électroménager, interrupteur, chambranle métallique, etc.), c’est par vous que le courant va s’établir. Le corps humain est étonnamment faible face à l’électricité. À seulement 10 mA, vos muscles se contractent et il est impossible de lâcher un objet. À 50 mA, votre cœur entre en fibrillation ventriculaire et les risques sont très graves, allant même jusqu’à la mort.

Quand prévoir des travaux de mise à la terre ?

Pour une maison ou un appartement, qu’il soit neuf ou ancien, vous l’aurez compris, la mise à la terre est obligatoire de par la loi. Dans les maisons anciennes, construites avant 1969, il est primordial de faire réaliser la mise en terre qui peut ne jamais avoir été refaite. Les professionnels du réseau d’IZI by EDF vous conseillent alors de faire venir un électricien. Il va réaliser la mise aux normes électriques nécessaire pour assurer la sécurité de votre logement dans le respect des exigences actuelles.

Quelles habitations sont concernées ?

En effet, si vous investissez dans une maison neuve, la mise à la terre est automatiquement prévue dans les travaux de construction. Ainsi, vous n’aurez pas besoin de vous en préoccuper. En effet, il faut obtenir le certificat de conformité délivré par le CONSUEL. Il s’agit du Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité. Il atteste que votre maison est aux normes et donc, la mise à la terre de l’installation est faite.

Les professionnels du réseau d’IZI by EDF vous conseillent donc de faire vérifier votre installation électrique dans le cas où il s’agit d’une maison ancienne.

Quel professionnel pour des travaux de mise à la terre ?

Pour la mise à la terre obligatoire de votre installation, vous devrez faire intervenir un professionnel en électricité habilité aux yeux de la loi à réaliser ce type de travaux. Il s’occupera de relier le tableau électrique de la maison avec un boîtier étanche et non corrosif placé sous terre, à plusieurs mètres de l’habitation.

Le prix d’une mise à la terre

Les travaux de mise à la terre sont réalisés par des électriciens. Le coût de cette intervention est généralement compris entre 500 € et 1 000 € selon la complexité de l’opération et la technique choisie.

Au sein d’un appartement, l’électricien doit relier le tableau électrique de votre logement à la mise à la terre de l’immeuble. Le prix est généralement moins élevé que pour une maison. En effet, si la liaison peut être réalisée au même étage, le prix d’une mise à la terre pour un appartement est compris entre 300 € et 500 €.

Toutes les parties métalliques du logement doivent également être reliées à la terre, notamment les encadrements de porte.

Normes

Mise aux normes de l'installation électrique

Publié le 15 Mars 2021

Un commentaire, une question ?

Posez votre question
confirmation

Merci pour votre contribution.

Votre commentaire sera soumis à une modération avant d’être publié.

Leave a Reply

Required fields are marked *

Décrivez-nous votre question, commentaire*

Prénom*

Email*

L'adresse mail collectée ne sera pas publiée. Vous serez notifié via cette adresse d'une réponse de nos équipes à votre commentaire. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici.