Tout savoir à propos de l’interrupteur différentiel

Partager sur

interrupteur-differentiel

Petit élément du tableau électrique, l’interrupteur différentiel est le garant de la sécurité des occupants d’un logement. Il permet d’interrompre le passage du courant lorsqu’un problème sur le réseau électrique est détecté. IZI by EDF vous aide à mieux comprendre pourquoi ce petit élément est indispensable dans votre installation.

Quel est le rôle de l’interrupteur différentiel ?

Dans votre logement, vous êtes forcément équipé d’un tableau électrique. C’est ici que toutes les arrivées et les départs électriques ont lieu. En cas de soucis d’alimentation, de détection d’un courant électrique dangereux ou d’une différence de courant électrique, l’interrupteur différentiel entre en jeu et isole le problème. Vous êtes ainsi certain de ne pas risquer de vous mettre en danger en recevant une décharge électrique.

L’emplacement de l’interrupteur différentiel dans le tableau électrique

Comme tous les autres éléments du tableau électrique, l’interrupteur différentiel vient se fixer sur le rail DIN du coffret électrique (le plus souvent par un système de clips). Il est situé avant les disjoncteurs sur une rangée du tableau. Il peut ainsi protéger plusieurs circuits électriques et couvrir plusieurs disjoncteurs.

Il est défini par sa taille (qui s’exprime en module, d’où l’appellation de protection modulaire que l’on peut parfois retrouver). Cette unité de mesure est spécifique au domaine de l’électricité et notamment à celui du tableau électrique. Elle décrit la largeur des éléments qui y sont situés. Celle de l’interrupteur différentiel est variable selon le nombre de pôles et le calibre de cet élément. Il est par ailleurs doté de zones destinées aux connexions électriques. Elles accueillent les peignes ou fils électriques.

Le fonctionnement de l’interrupteur différentiel

Afin de protéger les occupants du logement, l’interrupteur différentiel fonctionne comme n’importe quel autre interrupteur : en coupant le contact. Cela est rendu possible depuis :

  • L’extérieur de l’interrupteur. C’est votre action (ou celle d’un professionnel intervenant sur votre installation) qui interrompt alors le passage du courant.
  • Ou l’intérieur de l’interrupteur différentiel, quand il détecte un défaut et entre lui-même en action. Dans ce deuxième cas, lorsque ce dispositif enregistre une variation du courant électrique, il décide de couper automatiquement le passage du courant.

Comment choisir son interrupteur différentiel ?

Il n’est pas simple de choisir l’interrupteur différentiel le plus adapté à ses besoins, car il en existe de nombreuses références, toutes caractérisées par des spécificités différentes. Voici les principaux critères à étudier.

Le seuil de déclenchement

Le seuil de déclenchement est aussi appelé sensibilité. Une fois ce seuil atteint, l’interrupteur différentiel entre en action et coupe le passage du courant. Cette valeur de seuil est indiquée en ampères. Il existe trois sensibilités :

  • La haute sensibilité dont les seuils sont de 6, 10 et 30 mA.
  • La moyenne sensibilité pour laquelle les seuils sont de 100, 300 et 500 mA.
  • Et la basse sensibilité avec des seuils de 1, 3 ,5 ,10 et 20 mA.

Dans un logement, le seuil recommandé est généralement de 30 mA. C’est la valeur maximale qu’un corps humain peut accepter sans subir de trop graves lésions.

Le type d’interrupteur différentiel

Il est également important de s’intéresser au type ou classe de l’interrupteur différentiel. Cette spécificité lui permet de réagir aux perturbations électriques qu’il rencontre et d’être certain qu’il sera capable de les détecter. Pour certains appareils de votre logement, des interrupteurs différentiels spécifiques doivent être choisis :

  • Type A pour une plaque de cuisson ou un lave-linge.
  • Type Si/Hi ou F pour le congélateur et l’informatique, moins sensibles, ces interrupteurs différentiels évitent ainsi de trop souvent couper le courant de ces appareils dits sensibles.
  • Type AC pour les appareils simples.
  • Type B pour les réseaux spécifiques.

Son calibre ou intensité nominale

Il s’agit ici de la valeur à ne pas dépasser pour que l’appareil vous assure un fonctionnement optimal. Au-delà de cette intensité, rien ne vous garantit qu’il sera capable de couper le courant électrique. Il doit impérativement être protégé en amont contre d’éventuelles surcharges par un disjoncteur de même intensité nominale au maximum.

Le nombre de pôles

Dernière caractéristique, le nombre de pôles dépend directement du réseau électrique de votre installation :

  • Un interrupteur monophasé aura deux pôles : une phase et un neutre ;
  • Un interrupteur triphasé en aura quatre : connexion du neutre et 3 phases.

Obligatoire depuis 1991 pour le circuit de la salle de bains, l’interrupteur différentiel protège désormais toute votre installation électrique (obligatoire depuis 2002) et doit même être présent au nombre de deux. Son rôle est crucial. Il évite tout risque d’électrisation et d’électrocution.

Remplacement de tableau électrique

Publié le 17 Novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont annotés par un *